Syrie: la Conférence de Genève II devrait commencer le 22 janvier

Écouter /

Le Secrétaire général Ban Ki-moon annonce que la conférence sur la Syrie se tiendra à Genève le 22 Janvier 2014. Photo : ONU/Eskinder Debebe

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a déclaré lundi que la Conférence de Genève II pour la paix en Syrie se tiendra le 22 janvier 2014 et réunira le gouvernement syrien et l’opposition à la table de négociations pour la première fois depuis le début du conflit en mars 2011.

« Il s’agit là d’une mission d’espoir », s'est felicité le chef de l’ONU lors d’un bref point de presse donné au Siège des Nations Unies à New York, soulignant que les affrontements entre forces gouvernementales et groupes de l’opposition ont fait plus de 100.000 victimes et d’innombrables disparus, contraint au déplacement neuf millions de personnes en Syrie et dans les pays voisins, sur fond de violations incessantes des droits de l’homme.

Ban Ki-moon estime que Genève II constitue le vecteur pour parvenir à une transition pacifique répondant aux aspirations légitimes du peuple syrien à la liberté et à la dignité et garantira la sécurité et la protection de toutes les communautés du pays.

L’objectif de la Conférence est de parvenir à une solution politique au conflit grâce à un accord entre le gouvernement et l’opposition sur la mise en œuvre intégrale du Communiqué de Genève, adopté au terme de la première réunion internationale sur la situation en Syrie, le 30 juin 2012.

Ce document appelle entre autres à la création d’un organe de transition doté de pleins pouvoirs exécutifs et formé de membres de l’actuel gouvernement et de l’opposition et d’autres groupes, dans le cadre des principes et directives d’une transition politique menée par les Syriens eux-mêmes.

Le Secrétaire général a exhorté à tous de faire preuve de vision et de leadership et de commencer dès maintenant à œuvrer dans le sens de la Conférence, « y compris vers la cessation des violences, l’accès humanitaire, la libération des détenus et le retour des réfugiés et des personnes déplacées dans leurs foyers respectifs ».

Selon Ban Ki-moon,il serait « impardonnable » de ne pas saisir cette occasion, alors que ce conflit reste la « plus grande menace mondiale à la paix et à la sécurité » actuelle.

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/11/2014
Loading the player ...