Soudan du Sud : le Conseil de sécurité examine le rapport de Ban Ki-moon

Écouter /

Hilde Johnson. Photo : ONU/JC McIlwaine

A New York, le Conseil de sécurité a examiné ce lundi 18 novembre, le rapport du Secrétaire général des Nations Unies sur le Soudan du Sud. Hilde Johnson, la Représentante spéciale du Secrétaire général et la Chef de la Mission de l'ONU dans ce pays, a présenté ce rapport de Ban Ki-moon devant le Conseil, en présence, entre autres, de Francis Deng, le Représentant permanent du Soudan du Sud auprès des Nations Unies.

Hilde Johnson a indiqué que la situation qui règne dans l'État du Jongleï suscite de vives préoccupations, en particulier les violations des droits de l'homme perpétrées par les forces de sécurité dans le comté de Pibor ces derniers mois. Un nombre considérable de civils y ont été tués et des milliers d'autres déplacés par les combats qui se poursuivent, les actes de violence perpétrés par des éléments indisciplinés de l'APLS, les violences intercommunautaires et les activités des groupes armés.

  Mais des événements récents offrent néanmoins de nouvelles perspectives au Soudan du Sud. Il est écrit dans le rapport de Ban Ki-moon que le nouveau cabinet a exprimé la volonté de tourner une page en ce qui concerne la prestation de services à la population et l'amélioration des relations avec la communauté internationale et le Soudan. Le Président Salva Kiir s'est dit déterminé à transformer le secteur de la sécurité. Cela pourrait offrir une chance de faire avancer les principales questions politiques de la période de transition, notamment l'examen de la Constitution, la réconciliation nationale et les préparatifs des élections de 2015.  

De son côté Francis Deng, le Représentant permanent du Soudan du Sud auprès des Nations Unies, a déclaré que la vision de son pays est claire : un Soudan du Sud stable, pacifique, fort économiquement et démocratique qui s'engage dans la promotion des droits de l'homme et des principes humanitaires. Francis Deng a souligné que personne ne devrait douter des ambitions de son pays à cet égard, bien que son pays manque encore la capacité dont il a besoin pour matérialiser cette vision le plus vite possible.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...