RDC : il y a une évolution positive qu'il faut appuyer, exhorte Leila Zerrougui

Écouter /

Leila Zerrougui. Photo : ONU/Amanda Voisard

Au terme d’une mission d’une semaine en République démocratique du Congo (RDC), la Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés a déclaré mardi 26 novembre qu’à ce stade important du processus de paix dans l’Est du pays, toutes les opportunités devaient être saisies pour mieux protéger les enfants touchés par les conflits.

Selon Leila Zerrougui, avec la reddition du M23 et d’autres groupes armés, il est de notre devoir de prêter l’assistance nécessaire aux enfants pour leur permettre de retrouver leurs familles, de reprendre le chemin de l’école et d’aspirer à un avenir meilleur.

Aussi, face aux appels des citoyens congolais qui réclament la paix, la Représentante a appelé tous les groupes armés à déposer immédiatement les armes et à libérer les enfants se trouvant dans leurs rangs, soulignant que le recrutement d’enfants est un fléau qui affecte l’Est de la RDC depuis trop longtemps.

Les enfants qui ont rencontré la Représentante ont avant tout réclamé la paix et la possibilité de retourner à l'école et d'apprendre un travail.

« Les enfants sont menacés dans leur chair, affectés dans leur environnement, et sont menacés pour leur futur puisqu'il n'y a pas d'école, puisqu'ils sont déplacés et que les enfants qui ont fui les groupes armés ont peur de revenir chez eux », a indiqué Leila Zerrougui.

La mission de 7 jours a été l'occasion pour Leila Zerrougui de constater les progrès effectués à l'encontre du recrutement des enfants dans les forces armées depuis la signature, en octobre 2012 par le gouvernement de la RDC, du plan d’action pour mettre fin et prévenir le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les forces armées de la RDC, ainsi que des violences sexuelles.

A cet égard elle a confirmé la libération de centaines d’entre eux, grâce aussi au renforcement de la coopération avec les Nations Unies.

Malgré ces progrès, la Représentante spéciale a pu constater que les enfants continuent d’être directement associés à des groupes armés ou d’être victimes de meurtres, de mutilations, d’enlèvements et de violences sexuelles. Ces enfants sont parfois arrêtés et détenus sans accès à la justice en raison de leur association avec les groupes armés.

« Le gouvernement a manifesté sa détermination à ce que les auteurs de crimes graves envers les enfants, quelle que soit leur affiliation, ne soient pas intégrés aux forces armées nationales et répondent de leurs actes devant la justice. À cet effet, la coopération régionale dans la lutte contre l’impunité est essentielle pour mettre fin au cycle de la violence dans l’Est de la RDC », a expliqué Leila Zerrougui.

« Tous les gouvernements concernés doivent coopérer avec l’ONU et ses partenaires pour faciliter la réunification de tous les enfants victimes du conflit armé dans l’Est de la RDC, quelle que soit leur nationalité, leur statut ou le lieu où ils se trouvent », a-t-elle ajouté.

Pour la Représentante, la protection des enfants doit être l’une des priorités dans le dialogue en cours et les mesures adoptées pour construire une paix durable dans la région.

(Interview : Leila Zerrougui, Représentante spéciale du Secrétaire général pour les enfants et les conflits armés; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous Dossiers, Maintien de la paix.
Le dernier journal
Le dernier journal
18/04/2014
Loading the player ...