Marchés alimentaires : la FAO prévoit le retour à un certain équilibre et des prix moins volatils

Écouter /

L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a affirmé jeudi dans un nouveau rapport que les marchés des produits alimentaires retrouvent un certain équilibre avec des prix moins volatils que ces dernières années, grâce à une amélioration des approvisionnements et une reconstitution des stocks céréaliers mondiaux.

« Les cours des principales denrées alimentaires de base ont accusé un net repli au cours des derniers mois, du fait des accroissements de production et des prévisions, durant la campagne actuelle, d’une offre plus abondante, de meilleures disponibilités à l’exportation et de stocks plus élevés », a expliqué le Directeur de la Division FAO du commerce et des marchés, David Hallam.

Le fort accroissement de la production céréalière de 2013 est principalement imputable à l’amélioration des récoltes de maïs aux États-Unis et aux récoltes record de blé dans les pays de la CEI. La production rizicole mondiale de 2013 devrait progresser modérément.

Les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes de 2014 devraient augmenter de 13% pour s’établir à 564 millions de tonnes, les stocks de céréales secondaires faisant un bond de 30%, principalement aux États-Unis. Les stocks de blé et de riz devraient croître respectivement de 7 et de 3%.

L’accroissement des stocks mondiaux de céréales se traduirait par un rapport stocks-utilisation de 23 pour cent, nettement supérieur à son plus bas niveau de 18,4% en 2007/08.

En 2013, la facture des importations vivrières mondiales devrait s’établir à 1150 milliards de dollars, en recul de 3%, compte tenu d’une contraction des cours des céréales, du sucre, des huiles végétales et des boissons tropicales, contrairement aux prix des produits laitiers, de la viande et du poisson qui sont restés soutenus.

L’Indice FAO des prix des produits alimentaires a affiché une légère hausse en octobre, avoisinant les 205,8 points, soit 2,7 points ou 1,3% de plus qu’en septembre, mais toujours 11 points, soit 5,3% de moins qu’en octobre 2012. Cette augmentation était principalement due à une hausse des prix du sucre et, dans une moindre mesure, à un relèvement des cours des autres groupes de produits.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
18/12/2014
Loading the player ...