Le Conseil de sécurité ne parvient pas à surseoir l'enquête de la CPI sur le Président Kenyan

Écouter /

Photo : ONU/Sarah Fretwell

Par sept voix pour, zéro contre et huit abstentions, le Conseil de sécurité n'a pas été en mesure d'adopter à l'issue d'un vote ce vendredi 15 novembre, un projet de résolution sur le Kenya. Ce pays soutenu principalement par ceux de l'Union africaine a sollicité une décision du Conseil demandant à la Cour pénale internationale de surseoir à l'enquête et aux poursuites visant le Président Uhuru Muigai Kenyatta et le Vice-Président William Samoei Ruto pour une période de 12 mois, conformément à l'article 16 du Statut de Rome de la Cour.

Plusieurs délégués se sont exprimés après ce vote, parmi lesquels le Représentant permanent du Togo auprès des Nations Unies, l'Ambassadeur Kodjo Menan.

Dans des lettres identiques datées du 21 octobre adressées au Secrétaire général de l'ONU et au Président du Conseil de sécurité, la requête du Kenya repose sur les considérations suivantes : 1. Les risques pour la paix, y compris rupture de la paix ou tout acte d'agression, liés à la menace terroriste persistante dans la Corne de l'Afrique et en Afrique de l'Est; 2. La nécessité de prévenir toute aggravation de la situation concernant la paix et la sécurité au Kenya et dans les pays voisins; 3. Ménager au Kenya le temps, en consultation avec la Cour et l'Assemblée des États parties au Statut de Rome, d'examiner la meilleure façon de réagir à la menace contre la paix et la sécurité internationales eu égard à la situation au Kenya.

Le Kenya a demandé au Conseil de sécurité de prendre des mesures pour prévenir toute aggravation de la menace, rupture de la paix ou tout acte d'agression de type terroriste risquant de mettre en danger la paix et la sécurité nationales, régionales, continentales et internationales.

(Extrait sonore : Ambassadeur Kodjo Menan, Représentant permanent du Togo auprès des Nations Unies)

Le dernier journal
Le dernier journal
31/07/2014
Loading the player ...