Human Rights Watch plaide pour la traduction en justice des leaders du M23 coupables de violations des droits humains

Écouter /

Des Congolais fuyant Rutshuru pour se réfugier à Goma (Photo d’archives: MONUSCO/S. Liechti).

L'ONG Human Rights Watch (HRW) souhaite que les leaders du M23, coupables des crimes de guerre, des crimes contre l'humanité au Nord-Kivu, soient arrêtés et traduits en justice. Ida Sawyer, chercheuse au sein de cette organisation l'a dit mardi 5 novembre à Radio Okapi. Elle a également appelé les Forces armées de la RDC (FARDC) à éviter des actes des représailles pour favoriser le retour rapide de la paix dans le Nord-Kivu.

«Nous pensons que c'est très important que les Forces armées de la RDC et les autres services de sécurité congolais fassent des efforts clairs pour éviter des actes de représailles, ou les arrestations arbitraires et d'autres attaques contre les membres de l'ethnie Tutsi ou d'autres personnes qui sont suspectées d'être collaborateurs du M23», a déclaré Ida Sawyer.

Elle a par ailleurs invité le gouvernement congolais et la MONUSCO à s'engager dans la lutte contre les autres groupes armés qui s'illustrent par des exactions contre les populations civiles dans la partie Est de la RDC.

Pour la chercheuse, la victoire de l'armée congolaise sur la rébellion du M23 constitue une étape importante dans la recherche de la paix et la stabilité dans l'Est de la RDC mais elle reconnaît que beaucoup reste à faire.

Human Rights Watch s'était déjà opposé à toute amnistie en faveur des auteurs des violations des droits de l'homme, précisant que les auteurs de ces crimes se comptent aussi bien dans les groupes armés que dans les rangs des militaires gouvernementaux.

(Extrait sonore : Ida Sawyer, chercheur à Human Rights Watch; propos recueillis par Radio Okapi)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...