FAO : Coup d'envoi de l'Année internationale de l'agriculture familiale 2014

Écouter /

L’ONU vient de lancer, fin novembre, l’Année internationale de l’agriculture familiale (AIAF) 2014 afin de souligner le vaste potentiel détenu par les agriculteurs familiaux dans l’éradication de la faim et la conservation des ressources naturelles.

Dans les pays développés comme en développement, plus de 500 millions de fermes familiales – exploitations faisant essentiellement appel aux membres de la famille pour la gestion et la main-d’œuvre – produisent les aliments qui servent à nourrir des milliards d’êtres humains. Dans de nombreux pays en développement, elles constituent en moyenne 80 pour cent de toutes les exploitations agricoles.

Au lancement de l’Année internationale à New York ont participé de hauts responsables des Nations Unies, des ambassadeurs auprès de l’ONU, des ministres et des dirigeants de la société civile nommés comme ambassadeurs spéciaux pour l’Année, et dont les noms figurent plus bas.

Le Directeur général de la FAO José Graziano da Silva a mis l’accent sur l’énorme potentiel productif des agriculteurs familiaux: “En choisissant de célébrer cette année, nous reconnaissons que les agriculteurs familiaux sont des figures de proue dans la double urgence à laquelle est confronté le monde aujourd’hui: améliorer la sécurité alimentaire et sauvegarder les ressources naturelles, conformément aux Objectifs du Millénaire pour le développement, au débat sur l’Agenda de développement post 2015 et au Défi Faim Zéro”, a-t-il déclaré.

Au nom de la FAO, organisation chef de file des Nations Unies pour l’AIAF, du Fonds international pour le développement agricole (FIDA) et du Programme alimentaire mondial (PAM), José Graziano da Silva a ajouté: “Rien ne se rapproche plus du modèle de la production vivrière durable que l’agriculture familiale. Les agriculteurs familiaux gèrent généralement des activités agricoles non spécialisées et diversifiées qui leur confèrent un rôle central pour un environnement durable et la conservation de la biodiversité.”

Le Directeur général a également précisé que la plupart des agriculteurs familiaux et des petits pêcheurs, éleveurs, communautés autochtones et traditionnelles font partie des populations les plus vulnérables au monde, une situation que l’AIAF sera tenue d’affronter.

“Nous devons replacer l’agriculture familiale au cœur des programmes de développement nationaux et régionaux”, a-t-il affirmé. “Les Gouvernements jouent un rôle fondamental dans l’encadrement du soutien à l’agriculture familiale, pour lui permettre de réaliser tout son potentiel.

“Cela comprend la fourniture d’une assistance technique et de politiques favorisant une meilleure productivité des fermes familiales, la mise à leur disposition de technologies appropriées, l’amélioration de leur accès à la terre et à l’eau, au crédit et aux marchés, et la création d’un environnement propice à d’autres investissements”, a-t-il ajouté.

Le Directeur général a en outre affirmé que chacun avait son rôle à jouer pour exploiter tout le potentiel de l’agriculture familiale, notamment les associations et réseaux d’agriculteurs familiaux, les organismes internationaux et régionaux, le secteur privé, la société civile et les universités.

Les ambassadeurs spéciaux nommés pour l’Année sont: M. Ibrahim Coulibaly (Mali), Président de la Coordination nationale des Organisations paysannes du Mali; Mme Mirna Cunningham (Nicaragua), ancienne Présidente de l’Instance permanente des Nations Unies sur les questions autochtones, et M. Gerd Sonnleitner (Allemagne), Président de l’Association des agriculteurs européens.

Plus de 70% des personnes victimes d’insécurité alimentaire vivent dans les zones rurales de l’Afrique, de l’Asie, de l’Amérique latine et du Proche-Orient. Ce sont aussi des agriculteurs familiaux, et surtout des petits exploitants, ayant un accès limité aux ressources naturelles, aux politiques et aux technologies.

Tout tend à montrer que les agriculteurs familiaux pauvres peuvent rapidement déployer leur potentiel productif avec la mise en place d’un environnement stratégique propice.

Les agriculteurs familiaux sont parfaitement intégrés aux réseaux territoriaux et aux cultures locales. Ils dépensent leurs revenus essentiellement sur les marchés locaux et régionaux, ce qui crée de nombreux emplois, agricoles ou non.

L’Année internationale a pour vocation de faire mieux connaître l’agriculture familiale et la petite agriculture en montrant leur rôle fondamental dans la réduction de la pauvreté et de la faim, pour la sécurité alimentaire et la nutrition, l’amélioration des moyens d’existence, la gestion des ressources naturelles, la protection de l’environnement et le développement durable, en particulier en milieu rural.

L’Année sera chargée de promouvoir de vastes débats et une coopération à l’échelle nationale, régionale et mondiale afin de renforcer la sensibilisation et la compréhension des enjeux auxquels sont confrontés les petits exploitants, et contribuer à identifier des moyens efficaces de venir en aide aux agriculteurs familiaux.

(Interview : Marcela Villarreal, Directrice du Bureau de la FAO chargée des partenariats, des activités de plaidoyer et du renforcement des capacités; propos recueillis par Murielle Sarr FAO)

Le dernier journal
Le dernier journal
17/12/2014
Loading the player ...