Conseil des droits de l'homme : un bilan 2013 plutôt encourageant

Écouter /

L'Assemblée générale a examiné ce matin le rapport annuel du Conseil des droits de l'homme. Une entité créée il y a sept ans, qui siège à Genève, et qui a succédé à la Commission des droits de l'homme. L'Assemblée a entendu une quinze d'intervenants dont, Paul Seger, le Représentant permanent de la Suisse auprès de l’ONU qui a mis l'accent sur la mise en œuvre des résolutions adoptées et la nécessité de doter le Conseil des droits de l'homme des moyens nécessaires

Auparavant, ouvrant le débat, l'Ambassadeur polonais Remigiusz Henczel, Président du Conseil des droits de l’homme avait souligné que l’année 2013 marque la septième année depuis la création du Conseil des droits de l’homme et que le Conseil a réalisé des progrès significatifs dans le traitement des questions relatives aux droits de l’homme dans différentes parties du monde.

 

La Syrie a continué d'être une priorité de l’ordre du jour du Conseil durant l’année et le mandat de la Commission d’enquête sur la Syrie a été de nouveau étendu. Le Conseil a également établi une Commission chargée d’enquêter sur les violations systématiques, massives et graves des droits de l’homme en

Corée du Nord, en vue d’assurer la pleine responsabilité, en particulier lorsque ces violations pourraient constituer des crimes contre l’humanité.

 

Le Conseil a également prolongé les mandats des procédures spéciales existantes sur la RPDC, Myanmar, l'Iran, le Bélarus et l’Érythrée.

 

Deux dialogues interactifs, l’un sur la République centrafricaine et l’autre sur la Somalie, ont été organisés Ces dialogues ont eu lieu à l’initiative des pays concernés eux-mêmes, ce qui a été salué par le Conseil qui a rendu hommage à leur engagement et à leur volonté de répondre aux préoccupations graves des droits humains dans un forum international.

 

Un certain nombre d’autres résolutions spécifiques aux pays ont également été adoptées dans le cadre de la technique la coopération et le renforcement des capacités, y compris sur le Cambodge, la République centrafricaine, la Côte d’Ivoire, la RDC, la

Guinée, Haïti, la Libye, le Mali, la Somalie, le Soudan du Sud le Soudan et le Yémen.

 

À ce stade, il faut souligner le rôle important de la mise à jour régulière, au début de chaque session du Conseil, par le Haut Commissaire sur l’évolution du monde et les nombreux rapports présentés, y compris sur le Mali, la Guinée, l’Afghanistan, la Libye, la Colombie, le Guatemala, la Bolivie, Chypre, le Sri Lanka et le Yémen, entre autres, qui ont énormément contribué aux délibérations du Conseil.

S'agissant de l’Examen périodique universel, qui est maintenant fermement engagé dans son deuxième cycle, le Président du Conseil a souligné les défis qu'il a fallu relever, tels que le respect du principe d’universalité en assurant la participation de tous les États et en tentant d’éviter que les questions d’un accord bilatéral ou territorial aient un impact négatif sur le processus. Le Président a aussi insisté sur le fait que l’approche constructive, consensuelle et non politisée maintenue par le Conseil tout au long de cette année a encouragé Israël à renouer le dialogue le Conseil dans le cadre de l’Examen périodique universel.

(Extrait sonore : : Paul Seger, le Représentant permanent de la Suisse auprès des Nations Unies)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/07/2014
Loading the player ...