Conférence de Varsovie : préparer une nouvelle convention pour gérer le climat après 2020

Écouter /

Christiana Figueres à l’ouverture de la conférence. Photo : UNFCCC/Jan Golinski

A l'ouverture ce lundi 11 novembre à Varsovie, en Pologne, de la 19ème session de la Conférence des Parties à la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, Christiana Figueres, la Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a déclaré que « Nous devons travailler et clarifier les éléments à apporter à la nouvelle convention qui déterminera l’ordre du jour après 2020, du climat mondial, de l'économie et du développement».

Cette rencontre internationale coïncide avec la 9ème session de la Conférence des Parties agissant comme réunion des Parties au Protocole de Kyoto. La Conférence va se dérouler du 11 au 22 novembre, dans les installations du « Stade national » de la capitale polonaise.

Christiana Figueres a indiqué, entre autres, que cette réunion s'ouvre avec l’impact dévastateur du typhon Haiyan, l'un des typhons les plus puissants jamais connus. Elle s'est dite solidaire en pensées et en prières avec la population aux Philippines, au Viet Nam et en Asie du Sud-Est.

La Secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, a demandé aux participants à la Conférence de Varsovie, d'apporter des réponses claires dans plusieurs secteurs importants. Il s'agit de s'assurer des financements qui permettent au monde entier de s'orienter vers un développement à faible émission de carbone. Il s'agit aussi, selon elle, de lancer la construction d’un mécanisme qui aide les populations vulnérables à faire face aux effets inattendus du changement climatique.

Il y a presque deux décennies, la plupart des pays se sont joints à un traité international, la Convention-Cadre des Nations Unies sur les Changements Climatiques, afin d’analyser ce qui pouvait être fait pour réduire le réchauffement global et ainsi faire face à toute hausse inévitable des températures. En 1997, les gouvernements se sont mis d'accord pour ajouter un avenant à ce traité, appelé le Protocole de Kyoto qui contient des mesures légalement contraignantes. Le Protocole est entré en vigueur le 16 février 2005.

Depuis 1988, un Groupe Intergouvernemental sur l'Evolution du Climat (GIEC) analyse les données et études scientifiques, fournit aux gouvernements des rapports et des conseils sur les problèmes d’ordre climatique.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous Environnement, L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
25/07/2014
Loading the player ...