Tunisie : l'ONU salue la création d’un organe de prévention de la torture

Écouter /

Le Comité contre la torture en session au Palais Wilson à Genève (Photo: ONU/Jean-Marc Ferré).

Le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) a salué vendredi 11 octobre l’adoption, par l’Assemblée nationale constituante de la Tunisie, d’une loi portant création d’un organe de prévention de la torture.

Lors d’un point de presse donné à Genève, le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, Rupert Colville, a déclaré que l’adoption, à l’unanimité, le 9 octobre, de cette loi est un « jalon » significatif dans la transition en cours et l’éradication de la torture dans ce pays.

La Tunisie, a-t-il relevé, est le premier pays du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord à prendre une telle initiative, après avoir ratifié en juin 2011 le Protocole facultatif à la Convention contre la torture, qui prévoit la création d’un tel mécanisme de prévention dans chaque État partie.

Indépendant, l’Organe national de prévention de la torture sera doté de vastes prérogatives, y compris celle de pouvoir inspecter tous les lieux de détention dans le pays. « Le Sous-Comité de l’ONU de la prévention de la torture prêtera assistance et fera des recommandations à cet organe nouvellement créé », a-t-il ajouté.

Ouvert il y a deux ans, au lendemain de la révolution, le bureau du Haut Commissariat de l'ONU aux droits de l’homme en Tunisie a joué un rôle important dans la création de l’organisme national dans le cadre des débats et des consultations engagés à ce sujet et qui ont réuni des représentants du gouvernement tunisien et d’organisations non gouvernementales nationales et internationales.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/11/2014
Loading the player ...