Tchad : l'inquiétante recrudescence du paludisme

Écouter /

Dans la moustiquaire, un enfant victime de paludisme reçoit des soins auprès d'une infirmière. Photo : Radio Okapi/John Bompengo

Au Tchad, le paludisme continue de faire des ravages depuis le début de la saison des pluies. Avec plus de de 620.000 cas suspects et 1600 morts, le nombre de décès a presque doublé comparé à la même période l'année dernière.

Ces dernières semaines, les hôpitaux ou centre de santé de Ndjamena ne désemplissent de patients souffrant de paludisme. Les salles d’hospitalisation et les couloirs sont débordés alors que certains malades sont entassés sous des tentes de fortune. Et certaines pratiques ont la vie dure. Selon Dr Kitoko de l'Hôpital de la paix a Ndjamena, il faut donc tenir compte de l'automédication et de certaines traditions.

Face à la recrudescence de ces cas suspects de paludisme, l'UNICEF, l'OMS et leurs partenaires appuient les autorités tchadiennes dans ce combat. Pour répondre à cette situation, l'agence onusienne a ainsi fourni depuis la fin du mois d'août des médicaments et tests de diagnostic rapide permettant la prise en charge d'environ 140.000 cas de paludisme au niveau des centres de santé. Une commande d'urgence additionnelle du Gouvernement d'environ 215.000 traitements est à l'heure actuelle en cours avec l'appui de l'UNICEF.

En dehors de la capitale tchadienne, les districts sanitaires de Kélo dans la région de la Tandjilé (dans le Sud) et d'Am-Timan dans la région du Salamat (dans le Centre) sont qui ont rapporté le plus grand nombre de cas de paludisme et une grande proportion de cas compliqués.

Le paludisme demeure un problème majeur de santé publique au Tchad et selon l'enquête sur les Indicateurs du Paludisme (MIS) 2010, la prévalence de la malaria était de près de 30%.

(Mise en perspective : Alpha Diallo)

Classé sous L'info, Santé.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/10/2017
Loading the player ...