RCA : l’ONU s’inquiète de la multiplication des incidents à caractère sectaire

Écouter /

Le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) a exprimé lundi sa consternation suites aux récentes attaques violentes, à caractère religieux, y compris celle survenue vendredi dans la localité de Bossangoa, dans le village Korom, en direction de Bossembele.

Le BINUCA a également signalé des incidents dans la région de à Bangassou, à l'Est de la République centrafricaine, et à Mbaïki au Sud Ouest.

En réponse à ces incidents le BINUCA s'apprête à déployer une mission dont l'objectif sera de constater des faits, notamment dans une optique droits de l'homme, ainsi que pour entamer une médiation. Ainsi, le représentant de la communauté musulmane, l'Imam, et le représentant de la communauté catholique, l'Archevêque, de Bangui feront partie de cette délégation.

Selon le BINUCA, même si l'ont remonte à plusieurs décennies, la République centrafricaine ne connaissait de tensions entre communautés musulmanes et chrétiennes. Ces tensions sont un phénomène nouveau, difficilement attribuable à un seul facteur.

« Il y a un nombre de facteurs qui contribuent à ce développement très négatif », a déclaré dans une interview Kaarina Immonen, la Représentante spéciale adjointe des Nations Unies pour la République centrafricaine, citant notamment « la situation très difficile à laquelle fait face la population : une crise humanitaire complexe et exacerbée, une pauvreté croissante, des spirales de représailles et de vengeance suite à des incidents sécuritaires qui se sont se multipliés en 2013. »

Malgré l'insécurité, la réponse humanitaire se poursuit sur le terrain à Bossangoa et Bangassou où des rations alimentaires ont été distribuées, entre autres.

Le BINUCA condamne avec la plus grande fermeté toutes violences, de qu'elle nature qu'elle soit. Il appelle les autorités centrafricaines à prendre des mesures conséquentes car cet incident souligne le besoin urgent d'un regroupement de tous les groupes armés au niveau des chefs-lieux des provinces dans le but d'éviter toute dégradation de la situation sécuritaire.

Le BINUCA exhorte les acteurs politiques et religieux à jouer un rôle constructif pour l'apaisement et la cohésion sociale dans le pays.

Aussi, face à cette attaque, le BINUCA appelle les autorités de la transition à prendre les mesures nécessaires pour déterminer les auteurs de cette attaque et les traduire en justice.

(Extrait sonore : Kaarina Immonen, Représentante spéciale adjointe des Nations Unies pour la République centrafricaine ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
20/10/2017
Loading the player ...