ONU : le Conseil de sécurité renforce le rôle des femmes dans la paix et la sécurité

Écouter /

Brigitte Balipou

Le Conseil de sécurité a adopté à l'unanimité vendredi la résolution 2122, qui cherche à renforcer le rôle et la présence des femmes dans les efforts de prévention de conflit ainsi que de consolidation de la paix, et fait obligation au Conseil de sécurité, aux Nations Unies, aux organisations régionales, et aux États Membres de ménager une place pour les femmes à la table des négociations de paix.

Il s'agit de la septième résolution suite à l'adoption de la résolution 1325, qui, en 2000, avait inscrit les femmes dans l'agenda de la paix et de la sécurité.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a ouvert le débat qui a suivi l'adoption, appelant à ce que les femmes participent à chaque étape des efforts de sortie de crise y compris l'établissement de l'état de droit et la justice transitionnelle. Ban Ki-moon s'est, entre autre, félicité du progrès que représente en la matière la nomination de Mary Robinson, première médiatrice en chef, pour la région des Grands Lacs.

Prenant la parole pour la première fois au titre de ses nouvelle fonctions de Directrice exécutive d'ONU-Femmes, Phumzile Mlambo-Ngcuka, a présenté le dernier rapport du Secrétaire général sur les femmes, la paix et la sécurité, et a tenu à souligner qu'il existe des femmes avec la capacité de jouer des rôles prédominants en matière de médiation et de sortie de crise.

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a pour sa part exposé, la situation des droits humains des femmes dans les situations de conflits et demander a ce que les questions de genre soient prises en compte dans le cadre de la justice transitionnelle, soulignant la nécessité de tenir responsables les auteurs de crimes contre les femmes.

Brigitte Balipou, magistrate centrafricaine et membre du conseil d'administration de Femmes Africa solidarité, a pris la parole au nom du Groupe de travail sur les femmes, la paix et sécurité, en prenant son pays, la République centrafricaine, comme exemple concret.

« Nous les femmes centrafricaines demandons notre plein implication dans les processus de négociation de paix. Il est grand temps d'assurer la responsabilité pour le respect pour des droits fondamentaux des femmes et garantir des réponses concrètes aux préoccupations des femmes en matière de protection. Ces appels résonnent aussi bien de la part des femmes en Syrie, en Afghanistan, au Myanama, en Colombie, en Libye et en République du Congo et au sein de chaque communauté touchée par un conflit armé. », a affirmé la magistrate.

Brigitte Balipou a également appelé le Conseil a agir rapidement afin que la Centrafrique ne devienne pas un conflit oublié.

« Chaque jour sans action », a-t-elle déclaré, « est une journée en perte de vies inutile. »

 

(Extait sonore : Brigittte Balipou, Groupe de travail sur les femmes, la paix et sécurité)

Le dernier journal
Le dernier journal
23/07/2014
Loading the player ...