ONU : coup d'envoi du Dialogue de haut niveau sur les migrations

Écouter /

Le Secrétaire Général prend la parole lors du Dialogue de haut niveau sur les migrations et le développement. Photo : ONU/Sarah Fretwell

Le Secrétaire général des Nations Unies a lancé jeudi les travaux du deuxième Dialogue de haut niveau sur les migrations au Siège de l'ONU à New York.

Ce Dialogue est placé sous le thème « Migrations internationales et développement » et cherche à renforcer les aspects positifs de la migration internationale pour les migrants, pour les pays et pour le développement.

D'après Ban Ki-moon, le visage de la migration change – près de la moitié des migrants sont des femmes, un migrant sur dix a moins de quinze ans, leurs origines et destinations sont plus variées que jamais. Face à cette complexité, le Secrétaire général a exhorté les participants « à travailler ensemble, avec courage et vision, sachant que leurs actions auront un impact sur des millions de femmes, d'hommes et d'enfants».

Le Secrétaire général a présenté sa « vision » en huit points, axé notamment sur les droits humains, la vulnérabilité des migrants, leur image, mais aussi leur apport économique.

« Nous devons réduire les coûts de la migration », a déclaré Ban Ki-moon, soulignant qu'alors que les envois de fonds par les migrants à travers la planète, y compris aux pays à revenus élevés, devraient atteindre 550 milliards de dollars cette année, et dépasser 700 milliards de dollars, d’ici 2016, des milliards se perdent dans des frais de transaction inutilement élevés. De plus, d'innombrables migrants confient leurs économies et celles de leurs familles, à des recruteurs peu scrupuleux et finissent dans la servitude.

« Imaginez ce que nous pourrions réaliser avec ces fonds s'ils étaient mis au service du développement – pour envoyer un enfant à l’école, payer une visite médicale, ou démarrer une petite entreprise » a-t-il ajouté.

Aussi le Chef de l'ONU a appelé à redoubler d’efforts pour éliminer toutes les formes de discrimination contre les migrants, y compris concernant les conditions de travail et les salaires, soulignant que très souvent ceux-ci sont victimes, vivent dans la peur, avec peu ou aucun recours à la justice, et tombent souvent dans des réseaux qui les asservissent.

Ban Ki-moon a appelé à « créer plus de canaux pour une migration sûre et ordonnée et trouver des alternatives à la détention administrative des migrants ».

(Extrait sonore : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...