OIT-Bangladesh : pour une industrie textile plus sûre

Écouter /

En 20 ans, le Bangladesh est devenu l’un des principaux exportateurs de vêtements de confection. En 2011, le Bangladesh a représenté 4,8 % des exportations de vêtements mondiaux, contre seulement 0,6% pour cent en 1990. Pour la même période, les exportations totales ont augmenté d’environ 5% de son PIB en 1990 à plus de 23% en 2011.© Michaël Garrigues / Flickr

Le gouvernement du Bangladesh et l’Organisation internationale du Travail (OIT) ont lancé une initiative de grande envergure – y compris un nouveau programme de ”Better Work” ou ”meilleur travail” visant à améliorer les conditions de travail dans l'industrie du prêt-à-porter au Bangladesh.

L’initiative de trois ans et demi intitulée «Améliorer les conditions de travail dans le secteur du prêt-à-porter – se concentre sur la réduction de la menace du feu et de l’effondrement des bâtiments dans les usines de vêtements de prêt-à-porter- et vise à renforcer les droits et la sécurité des travailleurs.

Cette initiative  été développée en collaboration avec le gouvernement, les employeurs et les représentants des travailleurs, en réponse à un certain nombre d’accidents du travail dans le secteur, y compris l'effondrement d’un bâtiment à Rana Plaza en avril, au cours duquel 1 100 travailleurs avaient perdu la vie.

«L’industrie du prêt-à-porter est vitale pour la croissance économique du Bangladesh, mais elle doit être sûre et durable», a déclaré le Directeur général du BIT, Guy Ryder. «Ce programme appuie le Plan d’action national tripartite sur la sécurité en cas d'incendie et l’intégrité structurelle. Il mènera à des améliorations durables des conditions de travail pour les dizaines de milliers de travailleurs des usines de vêtements du Bangladesh».

Le Ministre du travail du Bangladesh, Rajiuddin Ahmed Raju, a souligné que «le gouvernement du Bangladesh a entrepris un travail de fond sur la sécurité et la santé au travail pour les travailleurs du secteur du prêt-à-porter». Il a tenu à souligner sa gratitude aux partenaires au développement qui ont apporté leur soutien à cette initiative. “

Le Royaume-Uni et les Pays-Bas ont contribué conjointement pour quinze millions de dollars pour le programme qui au total dépasse 24 millions de dollars. L’OIT se mobilise pour obtenir davantage de ressources.

(Extrait sonore: Hans Von Rohland, porte-parole du BIT à Genève)

Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...