Myanmar : Tomás Ojea Quintana exige la libération sans conditions des prisonniers d’opinion

Écouter /

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Myanmar, Tomás Ojea Quintana, a salué mercredi 9 octobre la dernière amnistie présidentielle du 8 octobre, qui a donné lieu à la libération de 56 prisonniers d’opinion, tout en exprimant sa préoccupation quant à la poursuite des arrestations de militants et aux conditions dans lesquelles elles se déroulent.

« Toutefois, la libération des prisonniers d’opinion devrait avoir lieu immédiatement et sans conditions», a estimé l’expert, faisant observer que le Code pénal du Myanmar permet de fixer des conditions à la libération des prisonniers, comme l’exécution de la peine restante si le Président du pays juge que les conditions de la libération ont été rompues.

« Il faut également mettre fin aux obstacles administratifs qui entravent la liberté des anciens prisonniers de se réinstaller dans d’autres états et régions du Myanmar, de briguer des postes dans la fonction publique, ainsi que d’acquérir des passeports et des permis de travail ». « La libération de prisonniers d’opinion doit être sans condition» a-t-il souligné. L’expert a exprimé également son inquiétude devant d’autres arrestations, politiquement motivées selon lui, notamment de personnes parties à des litiges fonciers.

Le 24 octobre 2013, le Rapporteur spécial présentera son dernier rapport sur la situation des droits de l’homme au Myanmar à l’Assemblée générale à New York.

(Mise en perspective: Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
28/08/2014
Loading the player ...