Madagascar: Quatre millions de personnes en situation d'insécurité alimentaire

Écouter /

Invasion acridienne au Madagascar qui pourrait mettre en péril la sécurité alimentaire du pays. Photo : FAO

Quatre millions d’habitants des zones rurales de Madagascar sont en situation d’insécurité alimentaire suite à la récolte réduite de cette année. La production de riz – l’aliment de base de cette île de l’Océan indien – et de maïs a souffert de conditions météorologiques capricieuses et d’une invasion de criquets. L’insécurité alimentaire risque de toucher 9,6 millions d’autres personnes, selon la FAO et le PAM, deux organisations des Nations Unies.

L’ampleur de la crise alimentaire est dévoilée dans un rapport de la Mission conjointe d’évaluation des récoltes et de la sécurité alimentaire détachée en juin/juillet par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Programme alimentaire mondial (PAM). Elle attribue la mauvaise campagne agricole à plusieurs facteurs: des conditions météorologiques irrégulières l’an dernier, des cyclones en début d’année qui ont causé des inondations, suivis d’une période de faible pluviosité.

La Mission mentionne également les dégâts provoqués par une invasion acridienne qui a eu le double effet de provoquer des dégâts aux cultures et de dissuader les agriculteurs de semer. Le sud de l’île – déjà en situation d’insécurité alimentaire chronique – a été particulièrement touché. Si les dégâts causés aux cultures par les criquets dans les zones infestées ont été importants, l’impact a été plus limité à l’échelle nationale car les basses températures ont stoppé la migration des acridiens vers les régions plus productives du nord.

Selon la mission FAO/PAM, la production rizicole a fléchi de 21% cette année, ce qui entraînera un déficit national de riz de 240 000 tonnes pour la campagne de commercialisation 2013/14. Quant à la production de maïs de 2013, elle ne pourra satisfaire les besoins intérieurs et on estime à 28 000 tonnes les besoins d’importation pour combler le déficit.

Des interventions rapides contre les acridiens sont cruciales pour éviter de nouveaux ravages aux cultures et l’aggravation de l’impact sur la production nationale en 2014, avertissent la FAO et le PAM dans leur rapport.

Un programme triennal de lutte antiacridienne, mis en œuvre par la FAO et le Gouvernement malgache, a démarré sur l’île fin septembre avec des opérations aériennes visant à identifier et localiser les populations acridiennes. L’achat de pesticides, de véhicules et de matériels pour les opérations de prospection et de lutte est en cours. Les traitements devraient débuter d’ici fin octobre sur plus de deux millions d’hectares de terres infestées.

(Interview : Maherisoa Rakotonirainy, Chargé du programme analyse de la vulnérabilité au Programme alimentaire mondial à Madagascar; propos recueillis par Alpha Diallo)

Classé sous L'info, Reportages.
Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...