Madagascar/ présidentielles : premier tour dans le calme et marqué par une forte participation

Écouter /

La Coordinatrice résidente du système des Nations Unies à Madagascar inspecte les bulletins de vote.

Le premier tour des élections présidentielles à Madagascar s'est déroulé dans le calme avec un taux de participation très élevé, selon les constats de la Coordinatrice résidente du système des Nations Unies dans ce pays, à deux heures de la fermeture des bureaux de vote ce vendredi.

« Une fois de plus la sagesse malgache a pris le dessus sur toute autre forme de considérations » a déclaré Fatma Samoura lors d'une interview accordée à la Radio des Nations Unies, précisant que 33 candidats se sont présentés à cette élection qui doit mettre un terme à la crise politique qui sévit dans le pays depuis fin 2008.

Selon la Coordinatrice les enjeux de ce scrutin sont importants.

En effet la crise politique a eu un impact négatif sur les conditions de vies des Malgaches, avec de multiples indicateurs économiques qui sont au rouge, explique la Coordinatrice.

Environ 90% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté ; 1,5 million d'enfants ne peuvent pas aller à l'école ; dix femmes meurent par jour des suites d'accouchement par manque d'infrastructures sanitaires et de médecins pour les prendre en charge, et 336.000 emplois ont été perdus, affirme Fatma Samoura.

Cette extrême précarité existe, selon la Coordinatrice, « tout simplement parce que Madagascar a été suspendue de sa participation au niveau de toutes les instances internationales y compris régionales », alors que le pays dépend à 40% de l'aide internationale pour son budget de fonctionnement et à 70% pour la réhabilitation des infrastructures.

Suite à la feuille de route établie par la Communauté de développement d’Afrique australe (SADC), le médiateur principal de cette crise malgache, les responsabilités qui incombent aux Nations Unies pour ces élections sont d'établir le calendrier électoral avec la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et d'accompagner cette dernière dans tous les aspects financiers et juridiques.

Au-delà du renforcement des capacités de la CENI, l'ONU a également été impliquée dans la mise à disposition du matériel électoral – des urnes, aux isoloirs et bulletins, en passant par l'encre indélébile—avec un budget de soixante millions de dollars.

Le dépouillement commencera dès la fermeture des bureaux de vote ce soir. Avec l'aide de cinq hélicoptères loués par la SADC, 90% des urnes devraient se retrouver dans la capitale dans les prochaines 72 heures. Les résultats provisoires pourront ensuite annoncés en attendant que la Cour électorale ne proclame le résultat final.

Si besoin est, un second tour aura lieu le 20 décembre, lors des élections législatives, auxquelles se présentent environ 1 700 candidats pour 150 sièges à pourvoir.

Si tout se déroule bien, le président élu devrait prendre ses fonctions le 17 février prochain.

(Interview : Fatma Samoura, Coordinatrice résidente du système des Nations Unies à Madagascar ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Classé sous Dossiers, Le journal direct.
Le dernier journal
Le dernier journal
26/12/2014
Loading the player ...