FMI:L’économie mondiale en pleine transition

Écouter /

Les pays émergents affichent une croissance économique moins bonne que prévu

Cinq ans après la crise financière, l’activité tourne encore au ralenti et l’économie mondiale est en pleine transition. Fait nouveau, les pays avancés prennent le relais des émergents en matière de croissance. C’est ce que décrit le Fonds monétaire international (FMI) dans ses Perspectives économiques mondiales présentées, récemment à Washington.

Pour la sixième fois depuis 2012, l’institution a révisé à la baisse ses prévisions de croissance pour 2013 et 2014. L’anticipation de croissance mondiale a été ramenée à + 2,9 % pour 2013 et à + 3,6 % pour 2014, soit respectivement 0,3 et 0,2 point de moins qu’attendu en juillet. Pour une bonne par, la croissance sera vraisemblablement tirée par les économies avancées, tandis que les pays émergents afficheront des résultats moins bons que prévu.

le FMI pense que la progression de l’activité devrait être davantage tirée par les pays avancés où la reprise, même si elle est parfois poussive, se confirme, alors que le ralentissement serait bien plus marqué dans les pays en développement.

L’économiste en chef du FMI, Olivier Blanchard a estimé qu’il y avait, malgré tout, “des raisons d’être optimiste” et qu’ “il ne croyait pas à la possibilité d’une nouvelle récession”.

Il a par ailleurs estimé qu’”il y avait enfin des signes de reprise dans la zone euro, que l’humeur générale était en train d’y changer, même si les pays du sud et de la périphérie étaient encore en train de se battre pour récupérer”.

Le PIB de la zone euro passerait ainsi d’un recul de 0,5% cette année à une progression de 1 % en 2014.

L’organisation internationale compte sur les États-Unis pour tirer l’économie mondiale. La croissance américaine serait de 1,5 % en 2013, malgré des ajustements budgétaires très importants, et de 2,5% en 2014.

A condition, bien sûr, que le différend budgétaire américain ne débouche pas sur une crise économique ou sur une crise de la dette.

La croissance chinoise resterait de 7,5 % en 2013, comme en 2014, et cette stabilisation aurait pour conséquence un ralentissement en Asie, dont la croissance resterait comprise entre 6,25 % et 6,5 % en 2014, l’Inde connaissant un ralentissement marqué en 2013 (+ 3,75 %).

(Interview : Olivier Blanchard, économiste en chef au Fonds monétaire internationa; propos recueillis par Lika Gueye du FMI)

Le dernier journal
Le dernier journal
01/08/2014
Loading the player ...