Crise syrienne : l’OIM forme les acteurs humanitaires et les gestionnaires de logement

Écouter /

En Syrie, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) souligne la grande dépendance des personnes déplacées et des populations touchées pour la nourriture, mais aussi l'aide non alimentaire. Une situation qui pourrait s'aggraver avec l'hiver et la prolongation du conflit. Devant cette situation, les humanitaires espèrent atteindre trois millions de personnes en octobre et quatre en novembre.

Au cours des deux dernières semaines, l’OIM a formé 106 employés des ONG locales syriennes, les travailleurs de secours municipaux et le personnel des ministères des Affaires sociales et de l’administration locale sur les principes de la gestion des abris et de l’aide humanitaire. La formation a porté sur les principes fondamentaux de l’assistance humanitaire, la gestion des abris, les besoins pratiques d’évaluation, la gestion des risques et la coordination avec les partenaires. Deux ateliers de formation de quatre jours ont eu lieu à Lattaquié et à Damas.

La plupart des 4,25 millions de personnes déplacées en Syrie et des populations touchées sont tributaires de leur communauté, les organisations caritatives locales et les partenaires humanitaires pour la nourriture, des articles de secours non alimentaires et l’aide au logement.

L’OIM a identifié le besoin de formation sur la gestion des abris et une aide humanitaire après l’évaluation de la capacité et des besoins de 32 organismes communautaires dans huit gouvernorats. L’OIM et ses partenaires prévoient que le nombre de personnes déplacées et les personnes dans le besoin augmentera à mesure que le conflit se poursuit et que l’hiver approche.

Depuis Décembre 2012 L’OIM dispense une formation de renforcement des capacités à 167 employés de 50 ONG locales. Les activités de renforcement des capacités de l’OIM en Syrie sont financées par l'aide humanitaire et de protection civile de la Commission européenne (ECHO), le Fonds central pour les interventions d’urgence des Nations Unies (CERF) et le Fonds d’intervention d’urgence (ERF).

(Extrait sonore : Gaëlle Sévenier, porte-parole de l'OIM)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...