Balkans : un expert exhorte la Serbie et le Kosovo à coopérer pour aider durablement les déplacés

Écouter /

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits des personnes déplacées, Chaloka Beyani, a exhorté mercredi les autorités de la Serbie et du Kosovo à œuvrer ensemble à la recherche de solutions durables au problème des personnes déplacées.

« Le temps est venu de mettre en œuvre des solutions durables après 15 ans de déplacement », a déclaré Chaloka Beyani au terme d’une mission officielle dans la région. « La Serbie et le Kosovo doivent maintenant faire preuve de leadership politique et travailler ensemble pour mettre en œuvre des solutions durables. »

L’expert indépendant de l’ONU a souligné que les autorités serbes et kosovares, avec l’appui de la communauté internationale, devraient redoubler d’efforts pour résoudre le problème du déplacement de populations dans le cadre du processus d’adhésion à l’Union européenne.

Il reste encore en Serbie environ 97.000 personnes déplacées en provenance du Kosovo, selon un recensement de 2011 conduit par les autorités serbes et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Parmi elles, se trouvent des milliers de Rom en situation vulnérable et ayant des besoins spécifiques, notamment en termes de protection, de documentation et d’accès aux services publics.

« Le plus important, c’est ici de fournir des logements permanents aux déplacés, assorti d’un accès à l’emploi, aux soins de santé, à l’éducation, à l’eau et l’énergie », a expliqué Chaloka Beyani. Après 14 ans de déplacement, de nombreux enfants et leurs familles se sentent désormais chez eux là où ils ont été déplacés, en dépit de situations économiquement difficiles.

« Le besoin le plus immédiat est de renforcer les moyens de subsistance des personnes déplacées dans leur lieu de résidence actuel et de leur fournir un accès à des services adéquats, particulièrement l’électricité et le chauffage, à l’approche de l’hiver », a souligné Chaloka Beyani en saluant « la volonté d’envisager l’intégration locale comme solution durable, avec le retour volontaire quand cela est possible, ou la réinstallation ».

Le Rapporteur spécial a également exhorté les autorités serbes et kosovares à coopérer dans l’inscription des personnes déplacées éligibles sur les listes électorales.

Au cours de sa mission de quatre jours, Chaloka Beyani s’est rendu à Belgrade et Pristina, où il s’est entretenu avec des responsables gouvernementaux, des fonctionnaires des Nations Unies et de la société civile, ainsi que plusieurs personnes déplacées.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...