Afrique de l'ouest : l'ONU salue la fin du processus de mise en œuvre de l’accord entre le Nigéria et le Cameroun sur la péninsule de Bakassi

Écouter /

La péninsule de Bakassi est au centre de la dispute frontalière entre le Nigéria et le Cameroun (Carte : MV/RFI)

Le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest, Saïd Djinnit, a félicité mercredi les gouvernements du Nigéria et du Cameroun pour leur engagement qui a permis de mener à son terme le processus de mise en œuvre de l’Accord de Greentree relatif à la Péninsule de Bakassi.

Les parties prenantes à l’accord ont tenu leur vingt-troisième et dernière réunion à Genève les 21 et 22 octobre 2013. Les travaux étaient présidés par Saïd Djinnit avec la participation de la Commission de suivi.

Signé le 12 juin 2006, l’Accord de Greentree régit le transfert de l’autorité du Nigeria au Cameroun sur la Péninsule de Bakassi, en application du jugement rendu par la Cour Internationale de Justice concernant le conflit frontalier entre les deux pays.

Le transfert d’autorité opéré le 14 août 2008 était assorti d’une période spéciale transitoire de cinq ans, venue à expiration le 14 août. Pendant la durée de cette transition, des missions de terrains ont été effectuées dans la zone de Bakassi par un groupe conjoint d’observateurs du Cameroun, du Nigéria, et de l’ONU pour évaluer l’état d’avancement de l’exécution de l’Accord.

Au cours de cette réunion finale, les parties ont examiné le rapport de la dix-neuvième mission d’observation qui s’est déroulée du 18 au 22 juillet 2013 dans la zone de Bakassi.

A l’issue des délibérations, les trois chefs de délégations à la Commission de suivi ont adopté et signé une déclaration conjointe par laquelle le Cameroun et le Nigéria « confirment que le régime spécial transitoire d’une durée de cinq ans […] a effectivement pris fin le 14 août 2013 », et qu’« à compter de cette date, le Cameroun exerce en toute plénitude ses droits de souveraineté sur la Zone délimitée par l’Annexe II de l’Accord ».

Les deux délégations ont, en outre, réaffirmé la volonté commune de leur pays de renforcer leur coopération bilatérale.

Le Président de la Commission, Saïd Djinnit, a également « salué […] leur attachement à l’état de droit et de l’esprit de bon voisinage qui prévaut à présent entre les deux pays », voyant dans ce processus « un bon exemple de diplomatie préventive ».

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
19/09/2014
Loading the player ...