À Copenhague, Ban Ki-moon appelle à une transition vers l’énergie propre pour le développement durable

Écouter /

Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon

Lors du troisième Forum mondial de la croissance verte, qui a lieu actuellement à Copenhague au Danemark, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a appelé mardi à une transition vers l’utilisation de l’énergie propre pour stimuler le développement durable, grâce à l’innovation, des investissements considérables et une coopération renforcée.

« La réalisation d’une transition vers l’énergie propre requiert des efforts communs des gouvernements, des banques d’investissements multilatérales, du secteur privé, de la société civile, et des universitaires », a déclaré Ban Ki-moon dans son discours. « Nous sommes partenaires sur la voie de la durabilité et nous n’avons pas de temps à perdre ».

Ban Ki-moon a indiqué que le mode de production et l’utilisation de l’énergie est « la principale cause » du changement climatique. « L’impact sur l’économie mondiale est de plus en plus évidente. Nous évaluons le coût en vies humaines et en pertes économiques », a-t-il souligné. « Mais, nous forgeons ensemble des solutions partout dans le monde ».

Le Secrétaire général a rappelé que le monde se rapproche rapidement de trois dates butoirs importants, dont celle pour la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) à la fin de 2015. Les dirigeants du monde se sont également mis d’accord qu’un nouveau cadre pour développement durable doit être établi en 2015 et que les pays doivent parvenir à un accord sur le changement climatique.

« L’année 2015 représente donc une occasion historique de lancer le monde sur une la voie de la durabilité », a expliqué Ban Ki-moon. « Pour cela, nous devons éradiquer l’extrême pauvreté et maintenir l’augmentation de la température mondiale en dessous de 2 degrés au-dessus des niveaux préindustriels ».

Le chef de l’ONU a affirmé que ces objectifs se renforcent mutuellement et sont interdépendants. Pour les atteindre, il faut un sursaut mondial important, à commencer par un effort concerté pour accélérer les progrès vers les OMD.

À cette fin, Ban Ki-moon a proposé la convocation d’une Conférence internationale sur le climat en septembre 2014 qui réunira gouvernements, entreprises, investisseurs et dirigeants de la société civile du monde entier, pour mobiliser la volonté politique pour les négociations sur le climat, et pour de nouveaux engagements concrets.

« Nous avons besoin de moyens considérables pour pouvoir assurer le développement rapide d’infrastructures à faibles émissions de carbone », a souligné M. Ban. « Nous constatons des progrès, mais à une cadence et ampleur insuffisante ».

« Les changements climatiques sont la plus grande menace pour le développement durable. Pourtant, trop souvent, nous oublions que la lutte contre les changements climatiques est l’une de nos plus grandes opportunités », a-t-il indiqué.

« Avec une action constructive, nous pouvons créer des emplois, améliorer la santé publique, protéger l’environnement et stimuler la croissance verte et durable. Dans les années à venir, nous devons tous faire de notre mieux pour surmonter les obstacles au financement climatique qui existent dans l’économie mondiale ».

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/10/2014
Loading the player ...