Tchad : le réquisitoire du Président Idriss Déby contre le terrorisme

Écouter /

Le Président du Tchad, Idriss Déby Itno, a affirmé mercredi lors du débat général de l’Assemblée générale que l'échéance de 2015 que la communauté internationale s'est fixée arrive bientôt à son terme. Le constat général est que de nombreux pays continuent d’accuser un réel déficit quant au financement des Objectifs du Millénaire aire pour le développement (OMD), l'Aide publique au développement et l'allègement de la dette.

II est regrettable de constater que tous les engagements pris pour booster les économies et parvenir au développement n’ont pas abouti aux résultats escomptés, et ce, malgré la grande mobilisation internationale.

 

A cela s’ajoute le phénomène du terrorisme qui frappe et nous fait payer un lourd tribut comme ce fut le cas au Mali hier, et le Kenya aujourd’hui. Le terrorisme est bien cette nébuleuse qui ne connait pas frontières et qui se nourrit du sang des pauvres pour se développer et fait de l'ignorance, la pauvreté et le fanatisme sa source de recrutement. La violence exercée sur des paisibles populations, en prenant pour prétexte les prétendues considérations religieuses ou doctrinaires, ne saurait déboucher sur un quelconque résultat positif. Cette violence est totalement contraire aux principes de droit international relatif aux droits humains et à la liberté de religion et de conscience. Notre conviction profonde est qu’il faut combattre le terrorisme

avec la dernière énergie pour freiner son expansion et l'éradiquer définitivement.

 

Le Président tchadien a affirmé que son pays avait fait le choix « stratégique » de contribuer à l’établissement de la sécurité, de la paix et de la stabilité « partout où cela est nécessaire ».

« Cette orientation fondamentale est la motivation essentielle de notre candidature à un poste de membre non permanent du Conseil de Sécurité pour la période 2014-2015 », a annoncé le Président tchadien, en rappelant que son pays a fourni le plus important contingent militaire au Mali, avec plus de 2.000 hommes, et pas moins de 900 en République centrafricaine.

Près de 1.800 soldats tchadiens vont intégrer les effectifs de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA). Le Tchad a également envoyé des troupes dans les opérations de maintien de la paix de l’ONU en Côte d’Ivoire, en République Démocratique du Congo (RDC) et en Haïti.

S’agissant de la République centrafricaine, le Président Déby a appelé le Conseil de sécurité à adopter une résolution vigoureuse prévoyant des modalités d’appui logistique et financier à la Mission internationale de soutien (MISCA). Il a également demandé à la communauté internationale de maintenir l’assistance humanitaire aux réfugiés et déplacés du Darfour, alors que les tensions politiques et ethniques.

« Notre intime conviction est que la solution à toutes ces crises ne saurait être militaire. Une solution durable et définitive à ces maux qui retardent considérablement le développement de l’Afrique passe nécessairement par une lutte constante contre la pauvreté, la marginalisation et le chômage des jeunes », a plaidé le Président tchadien.

Son pays, a-t-il dit, qui a définitivement tourné la page douloureuse des guerres et des divisions, se consacre désormais à son développement, notamment en exploitant ses ressources minières et énergétiques.

« Au niveau politique, nous privilégions la formule du dialogue. À cet effet, nous avons mis en place le cadre permanent de dialogue politique (CPDN) regroupant majorité et opposition et qui a pour compétence de créer des structures pour l’organisation des é1ections », a expliqué le Président.

« Avec le concours des partenaires du Tchad, les Nations Unies en particulier, nous avons pris les mesures nécessaires pour faire cesser et prévenir le recrutement et l’utilisation d’enfants dans les conflits armés », a-t-il ajouté.

(Extrait sonore : Idriss Déby Itno, Président du Tchad)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...