Syrie : les deux camps accusés de crimes de guerre

Écouter /

En Syrie, l’armée loyaliste et des groupes rebelles ont, chacun, « agi en violation du droit international », en commettant des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité. Ce sont les conclusions de la Commission d’enquête internationale des Nations unies qui a rendu public son dernier rapport ce mercredi à Genève.  Et pour l'équipe de Paulo Pinheiro, il est impératif de traduire en justice les auteurs de tels crimes.

D’un côté, les forces gouvernementales ont massacré des civils, bombardé des hôpitaux et commis ces derniers mois d’autres crimes pour gagner du terrain. Ces crimes contre l'humanité se manifestent par des meurtres, des actes de torture, des viols et des disparitions forcées.

De l’autre, des rebelles et des combattants étrangers venus leur prêter main forte sont accusés de crimes tels que des exécutions sommaires, des prises d’otages, des bombardements de zones civiles et l’utilisation d’enfants soldats.

Par ailleurs, les enquêteurs de l’ONU se disent incapables de tirer des conclusions sur l’usage d’armes chimiques en Syrie. Sur la base des éléments de preuve actuellement disponibles, il n’a pas été possible pour l'équipe de Pinheiro de parvenir à une conclusion quant aux agents chimiques utilisés ou les auteurs de ces actes.

Le Président de la Commission d’enquête demande au Conseil de sécurité de l’ONU d'agir pour faire pression sur les belligérants et les Etats influents afin de donner la priorité à la protection des civils. Selon Sergio Pinheiro, il est également « impératif de traduire en justice les auteurs de ces crimes, quel que soit leur bord ». La Commission note qu’il n’y a pas d'issue militaire à ce conflit et appelle à une solution politique par des négociations.

Elle établit qu’il y a eu depuis avril 2012 huit massacres attribuables aux forces gouvernementales, un à l’opposition armée et neuf pour lesquels les enquêtes n’ont pas abouti à ce jour.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève ; avec un extrait sonore de Paulo Sergio Pinheiro, Président de la Commission d’enquête internationale de l'ONU sur la Syrie)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/10/2014
Loading the player ...