Somalie: le Représentant de l’ONU appelle à intensifier la lutte contre les shebabs

Écouter /

Nicholas Kay, Représentant spécial de l’ONU pour la Somalie.

Le Représentant spécial de l’ONU pour la Somalie a plaidé, ce mardi à Genève, pour l’envoi de troupes supplémentaires pour lutter contre le mouvement islamiste des Shebab, qui constitue selon lui une menace internationale. Nicholas Kay, qui a condamné l’attaque du centre commercial Westgate de Nairobi au Kenya revendiquée par les islamistes somaliens estime qu’il existe une occasion unique de contribuer à la paix en Somalie à condition d’accroître les ressources à disposition de la Mission de l’Union africaine en Somalie (Amisom).

Le Représentant spécial de l’ONU pour la Somalie appelle la communauté internationale à intensifier la lutte contre les insurgés islamistes somaliens, alors que ces derniers ont revendiqué l’attaque de Westgate à Nairobi. Lors d’une conférence de presse à Genève, Nicholas Kay a indiqué que l’attentat dans la capitale kenyane « n’était pas une surprise ».

Dans ces conditions, « son approche et celle de l’ONU vis-à-vis des shebab somaliens, c’est qu’il faut intensifier les campagnes, du point de vue militaire, mais aussi politique et pratique. Pour l’ancien diplomate britannique, c'est sur trois voies qu'il faut « redoubler d'efforts » pour faire face à la persistance du terrorisme, de la piraterie et de la situation sécuritaire, qui reste précaire au sud du pays.

A cet égard, il estime que près de 5.000 islamistes shebab sont toujours actifs en Somalie , non sans rappeler que nombre d’entre eux ne sont pas des « idéologue » mais des personnes n’ayant pas d’autres alternatives. Et dans ce combat contre les fondamentalistes, le Représentant de l'ONU note  que la « sécurité reste le défi numéro un et contrôler mais aussi mettre en échec les shebabs en est la clé ».

Sur le plan politique, l'ONU insiste sur la nécessité de trouver des solutions pour aider à la réintégration des shebab en Somalie.

Nicholas Kay entend se rendre au siège des Nations unies à New York cette semaine pour demander des moyens supplémentaires pour l'Amisom. La mission africaine devrait disposer théoriquement de douze hélicoptères mais aucun appareil n’a été mis à la disposition de ses 17.700 hommes, principalement déployés par l’Ouganda, le Burundi et le Kenya.

La Somalie est déchirée par des combats entre factions depuis 1991, mais a récemment fait des progrès vers la stabilité. En 2011, les insurgés islamistes d’Al-Shabaab se sont retirés de Mogadiscio et l’an dernier de nouvelles institutions gouvernementales sont apparues, alors que le pays mettait fin à une phase de transition vers la mise en place d’un gouvernement permanent, élu démocratiquement.

(Mise en perspective d'Alpha Diallo à Genève)

Classé sous L'info, Maintien de la paix.
LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
18/12/2017
Loading the player ...