Royaume-Uni: halte à l’intimidation des journalistes, affirment des experts de l’ONU

Écouter /

Deux experts indépendants de l’ONU ont annoncé avoir demandé mercredi 4 septembre, des informations complémentaires au Royaume-Uni au sujet de la détention récente de David Miranda, le compagnon du journaliste Glenn Greenwald, interpellé à l’aéroport de Heathrow, à Londres, et de la destruction de disques durs d’ordinateurs du quotidien The Guardian, auquel Greenwald collabore.

« La protection des secrets de sécurité nationale ne peut jamais être utilisée comme prétexte pour intimer la presse au silence et la contraindre à renoncer à son travail crucial de clarification des violations des droits de l’homme », déclare le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la liberté d’opinion et d’expression, Frank La Rue, dans un communiqué de presse.

Pour sa part, le Rapporteur spécial de l’ONU sur les droits humains et la lutte antiterroriste, Ben Emerson, juge que l’appréhension de la menace terroriste au Royaume-Uni a considérablement évolué au cours des trois dernières années. « Il doit maintenant y avoir un débat sur l’étendue de l’accès officiel aux données que l’opinion publique internationale est prête à accepter de la part de ses gouvernements», a-t-il souligné.

« Les pouvoirs utilisés dans ce cas sont actuellement contestés par la Cour européenne des droits de l’homme », a déclaré Ben Emmerson. L’expert a également souligné l’importance de garantir une protection complète pour les journalistes dans le cadre de leur travail d’investigation.

Dans son dernier rapport au Conseil des droits de l’homme, Frank La Rue a exprimé de graves préoccupations concernant l’utilisation généralisée de la surveillance dans toutes les régions du monde et son impact sur les défenseurs des droits de l’homme et les activités des journalistes.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
31/10/2014
Loading the player ...