RDC : 11 groupes armés de l'Est veulent participer aux concertations nationales

Écouter /

Onze groupes armés congolais du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et de l'Ituri réclament une participation aux concertations nationales. Regroupés au sein d'une coalition dénommée « Conseil supérieur des groupes armés autochtones à l'Est de la RDC », ils estiment que la question de l'insécurité dans l'Est du pays ne sera pas résolue sans la participation de l'un des acteurs. Les représentants de ces groupes armés se sont exprimés dimanche 15 septembre.

Les groupes armés sont exclus des concertations nationales convoquées par le chef de l'Etat pour mettre fin aux troubles dans l'Est de la RDC. Un groupe thématique est pourtant consacré à la question du désarmement et de la démobilisation des groupes armés au cours de ces assises qui ont débuté le samedi 7 septembre dernier.

« Nous pensons qu'il fallait que les acteurs soient impliqués pour que les décisions issues de cette thématique soient des décisions durables et applicables sur terrain », affirme Jacques Kabusala, secrétaire général de la coalition de onze groupes armés.

La même source trouve «déséquilibré» que le gouvernement accepte de discuter avec les rebelles du M23 à Kampala et refuse de les inviter aux concertations nationales.

« Nous avons estimé que les concertations nationales seraient aussi l'un des cadres idéaux pour que nous puissions mettre fin une fois pour toute à ce problème récurrent de l'insécurité dans l'Est », conclut Jacques Kabusala. Il invite les autorités congolaises à revenir sur leur décision « le plus tôt possible ».

Avant l'ouverture des concertations nationales, le gouvernement congolais avait fait savoir que les groupes armés en activité dans les provinces de l'Est de la République démocratique du Congo, y compris le M23, n'étaient pas invités à ces assises. « Nous n'allons pas nous asseoir à la même table des Concertations nationales avec des gens qui tuent nos compatriotes dans l'Est du pays », avait expliqué son porte-parole Lambert Mende.

Mais cette question de la participation des groupes armés aux  concertations nationales a de nouveau été soulevée aux cours des travaux de ce forum. Les opposants qui participent au groupe thématique désarmement, démobilisation, réinsertion sociale ou rapatriement, avaient suspendu leur participation aux travaux pour réclamer la présence des groupes armés. Ils ont repris de siéger après la promesse du présidium de décider sur la question bientôt.

(Extrait sonore : Jean-Jaques Kabusala, secrétaire général de la coalition ; propos recueillis par Sifa Maguru de Radio Okapi)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...