Mali / MINUSMA : allégations de mauvaise conduite et d’abus sexuels par des Casques bleus

Écouter /

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) a pris connaissance lundi d’allégations de mauvaise conduite portées la semaine dernière à l’encontre de certains de ses Casques bleus, notamment d’un cas d’abus sexuel.

« Le Secrétaire général examine ce problème avec le plus grand sérieux et, conformément aux procédures en place, est en train de notifier les pays contributeurs de troupes », a déclaré son porte-parole Martin Nesirky à la mi-journée à New York.

« Les pays contributeurs de troupes portent la responsabilité d’ouvrir une enquête et de veiller à prendre les mesures disciplinaires et judiciaires appropriées si les allégations s’avéraient fondées. »

L’incident signalé, a précisé M. Nesirky, se serait produit les 19 et 20 septembre à Gao, une ville du nord-est du pays. La Mission a immédiatement entrepris de déterminer les faits et réunir des éléments de preuve, tout en prêtant assistance à la victime déclarée.

Dans le cadre de ses opérations de maintien de la paix, l’ONU a une politique de tolérance zéro de longue date vis-à-vis des abus sexuels et autres actes de mauvaise conduite commis par ses personnels.

L’incident signalé, a précisé M. Nesirky, se serait produit les 19 et 20 septembre à Gao, une ville du nord-est du pays. La Mission a immédiatement entrepris de déterminer les faits et réunir des éléments de preuve, tout en prêtant assistance à la victime déclarée.

« La MINUSMA offrira tout le soutien nécessaire au pays contributeur de troupes concerné dans l’action qu’il jugera opportune en cas de vérification des allégations », a ajouté le porte-parole.

« La Mission de l’ONU au Mali adhère au code de conduite le plus élevé possible pour tous ses personnels, militaires, policiers et civils. Le Secrétaire général a une politique de tolérance zéro pour toute forme d’abus et d’exploitation sexuels et fera tout son possible pour qu’une enquête rigoureuse soit ouverte et, le cas échéant, que des comptes soient rendus. »

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
12/12/2017
Loading the player ...