Le Président du Mali affirme que son pays est prêt à reprendre sa place dans le concert des Nations

Écouter /

Ibrahim Boubacar Keïta, Président de la République du Mali. Photo : ONU/Amanda Voisard

Affirmant que son pays était sorti de neuf mois de graves violations des droits humains, de pillages et de destruction de sites culturels et historiques uniques Le Président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita, a annoncé vendredi que son pays était sur le point de retrouver sa place dans le concert des nations.

« Le Mali est de retour. Oui, avec l’appui des pays amis, le Mali est debout, et tourne la page la plus sombre de son histoire », a souligné M. Keita. « Le Mali a recouvre sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire et, riche de sa diversité culturelle, il s’est engagé aujourd’hui sur le chemin de la réconciliation nationale, a-t-il assuré.

Le Président malien a rappelé que la transition qui s’était ouverte en mars 2012 à la suite d’un coup d’État, a pris fin en août dernier, après le déroulement d’une élection présidentielle reconnue comme crédible et transparente par l’ensemble de la communauté internationale.

« Pour parachever ce processus, mon gouvernement s’est engagé, sans tarder, à tenir le premier tour des élections législatives le 24 novembre 2013 et le second le 15 décembre 2013 », a expliqué le Président.

M. Keita a affirmé qu’il mesure l’immensité des défis à relever et des aspirations de son peuple à la paix, à la réconciliation nationale et au développement économique et social.

« Sitôt investi Président de la République, j’ai pris l’initiative de rencontrer à Bamako les Chefs des groupes armés du Nord pour leur rappeler les principes sacro-saints du respect de l’intégrité territoriale du Mali et de la laïcité de l’État », a expliqué M. Keita.

« Je leur ai fait connaître ma disponibilité à organiser un dialogue politique inclusif, franc et constructif, où tout sera discuté, à l’exception de toute forme d’indépendance ou d’autonomie. Mon message a été entendu et nous nous engagerons très bientôt dans un dialogue pour un règlement définitif des crises dans le Nord de notre pays », a-t-il souligné.

Dans la perspective des discussions à venir avec les groupes armés et afin de créer les conditions d’un apaisement, le Président du Mali a indiqué que des mesures de confiance énoncées par l’Accord préliminaire de Ouagadougou ont été mises en œuvre, notamment la libération de prisonniers détenus pour d’autres chefs d’inculpation que des crimes de guerre et des actions de sensibilisation des populations aux dispositions pertinentes de l’Accord préliminaire.

« À cet égard, la Commission de dialogue et réconciliation (CDR) sera reconvertie en Commission de dialogue, vérité et réconciliation, en vue de panser les plaies encore béantes de la société malienne », a précisé le Président du Mali.

« Avec l’appui de la communauté internationale, le Mali s’attelle résolument à la consolidation la paix et de la réconciliation nationale, la refonte des forces de défense et de sécurité, la reconstruction des régions septentrionales dévastées par les forces terroristes et obscurantistes, l’approfondissement de la gouvernance institutionnelle ainsi que la relance économique », a-t-il ajouté.

L’insécurité au Mali est, d’après son Président, liée aux défis auxquels tous les pays de la région du Sahel sont confrontés, notamment les pires formes de criminalité transfrontalière organisée, dont la traite d’êtres humains, le trafic de stupéfiants et d’armes, dont certaines en provenance des arsenaux libyens.

Ainsi, a-t-il dit, malgré l’espoir suscité par les succès des opérations militaires menées à travers l’action conjuguée de l’Opération Serval, des troupes de la MISMA et des forces armées et de sécurité tchadiennes et maliennes, le déplacement de groupuscules armés terroristes et rebelles vers d’autres pays voisins représente une menace sérieuse pour la stabilité et l’intégrité territoriale du Mali, ainsi que pour la paix et la sécurité dans la région.

C’est dans ce contexte que la Mission des Nations Unies pour la Stabilisation du Mali (MINUSMA) a été déployée, afin de soutenir les forces maliennes dans le Nord du pays et faciliter le dialogue et la réconciliation nationale.

« Je voudrais saisir cette opportunité pour réitérer l’engagement du Mali à œuvrer sans relâche à la mise en œuvre de la stratégie des Nations Unies pour le Sahel. En raison de la complexité et de la gravité de la situation dans la région, ma délégation accueille favorablement le rapport sur le Sahel présenté en juin 2013 par l’Envoyé spécial du Secrétaire général, Romani Prodi », a déclaré M. Keita.

« C’est le moment pour moi de souligner avec force que la résolution durable de la situation au Sahel exige une coopération renforcée et dynamique entre les États de la bande sahélo-saharienne, pour lutter contre l’extrémisme religieux et le crime organise », a souligné le Président malien. « Pour sa part, le Mali, sous mon leadership, est résolument déterminé à œuvrer pour la redynamisation des mécanismes de coopération sous-régionaux existants ».

(Extrait sonore : Ibrahim Boubacar Keita, Président du Mali)

Le dernier journal
Le dernier journal
29/07/2014
Loading the player ...