"Il n'y a pas de guerre civile en Syrie" a déclaré Walid Al-Moualem devant l'Assemblée générale de l'ONU

Écouter /

Walid Almoualem, Vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères de la Syrie. Photo : ONU/Paulo Filgueiras

Le Vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères de la Syrie, Walid Al-Moualem, s'est exprimé lundi 30 septembre au nom de son pays au cours de la suite du débat général de la 68eme session de l'Assemblée générale des Nations Unies à New York. Walid Al-Moualem a évoqué notamment l'intervention dans certains pays au nom de la responsabilité de protéger, la guerre civile dans son pays ainsi que la question de l'utilisation des armes chimiques en Syrie.

Le Chef de la diplomatie syrienne, a déploré que sous le prétexte de la « responsabilité de protéger », certains pays mènent des politiques agressives contre d'autres nations telles que la Syrie.

Walid Al-Moualem, a souligné qu'il n'y avait pas de guerre civile dans son pays. Il y a plutôt, selon lui, une guerre contre la terreur qui ne reconnait aucune valeur, aucune justice, aucune égalité et méprise tous les droits et toutes les lois.

« Pour combattre cette terreur dans mon pays, la communauté internationale doit agir conformément aux résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et prendre rapidement des mesures pour empêcher les actions des pays qui financent, arment, entrainent des terroristes qui sont en train de combattre en Syrie », a-t-il déclaré.

Concernant l'utilisation des armes chimiques, le Vice-Premier ministre et Ministre des Affaires étrangères de la Syrie a indiqué qu'en devenant partie à la Convention sur l'interdiction des armes chimiques, la Syrie montre son engagement contre l'utilisation de telles armes et lance un appel à la communauté internationale pour que le Moyen-Orient devienne une zone exempte d'armes de destruction massive.

Enfin, sur le volet politique, Walid Al-Moualem a déclaré que son pays s'est engagé pour une solution politique de la crise actuelle en Syrie, mais cela ne veut pas dire donner l'occasion aux terroristes de tuer des civils innocents et de détruire des églises et des mosquées.

(Mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
15/12/2017
Loading the player ...