Guinée : la Procureur de la CPI se félicite des inculpations de plusieurs responsables présumés de violences

Écouter /

Fatou Bensouda, Procureur de la CPI

Une enquête nationale concernant les événements du 28 septembre 2009 en Guinée suit son cours et « plusieurs personnes susceptibles de compter parmi les principaux responsables des crimes commis ont déjà été inculpées », a annoncé vendredi la Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda.

Dans une déclaration faite à la veille des élections législatives guinéennes, reflétant les efforts de son Bureau pour encourager des procédures judiciaires à l’échelle nationale, Mme Bensouda a exprimé le souhait que justice soit rendue aux victimes de ces évènements « dans les meilleurs délais possibles ».

Le 28 septembre marquera en effet le quatrième anniversaire des évènements tragiques qui se sont produits au stade national de Conakry, « au cours desquels de graves crimes relevant de la compétence de la Cour pénale internationale ont été commis à l’encontre de la population civile ».

Ce jour-là, un meeting politique organisé par un rassemblement de l’opposition politique, au Stade du 28 septembre, tourne au bain de sang : des centaines de personnes sont tuées par des hommes en uniforme, tandis que des violences inouïes, notamment sexuelles, sont perpétrées contre des femmes.

Depuis, le Bureau du Procureur s’est rendu à Conakry à plusieurs reprises afin de s’informer de l’évolution de l’enquête menée par les autorités guinéennes, conformément à sa volonté d’encourager la complémentarité entre la compétence de la CPI et celle des juridictions nationales.

« Dans le même temps, mon Bureau souhaite ardemment que les évènements dramatiques du 28 septembre 2009 ne se reproduisent jamais. À l’approche de ces élections tant attendues, la tension est palpable dans les rues de Conakry et dans le reste du pays. Dans ce contexte, les appels au calme et à la retenue lancés par les responsables politiques, toutes tendances confondues, sont particulièrement bienvenus. »

Les élections législatives de demain ont été reportées à plusieurs reprises.

Rappelant que quiconque s’employant « à instiller la violence, à ordonner, solliciter, encourager ou à contribuer de toute autre manière à la commission de crimes relevant de sa compétence s’expose à des poursuites devant la Cour pénale internationale », Fatou Bensouda a ajouté : « Il n’y aura pas d’impunité pour les crimes internationaux commis en Guinée. »

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/07/2014
Loading the player ...