Désertification : Ouverture de la Conférence des parties à Windhoek

Écouter /

La désertification et la dégration des terres au centre de la Conférence de Windhoek

Comment améliorer le quotidien des 1,5 milliard de personnes qui habitent dans des zones arides tout en préservant la productivité terres et les écosystèmes?

c’est l’une des questions à l'ordre du jour de la 11ème Conférence des Parties à la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (CNULD) qui s'ouvre aujourd'hui à Windhoek, en Namibie.

Près de 3 000 participants originaires de 195 pays se réuniront durant deux semaines sur le thème "Une Convention contre la désertification forte pour un monde neutre en matière de dégradation des terres".

Ce thème fait écho aux résultats de RIO+20, la Conférence de l'ONU sur le développement durable qui a eu lieu au Brésil, en juin dernier.

Les leaders du monde entier s'y étaient mis d'accord sur le concept d'un monde neutre en matière de dégradation des terres.

Ils avaient aussi reconnu que la dégradation des terres étaient un problème mondial et qu'il serait utile de développer un ensemble d'Objectifs de développement durable en la matière. Les résultats de RIO+20 seront l'un des sujets principaux de la Conférence qui s'ouvre aujourd'hui.

Pendant la première semaine, des experts se pencheront sur les questions scientifiques, sur l'impact économique de la désertification, sur l'amélioration du transfert des connaissances et sur l'amélioration des évaluations concernant les progrès accomplis.

La deuxième semaine, quant à elle, sera consacrée au débat de haut niveau entre les ministres et les représentant nationaux présent.

Celui-ci aura lieu le 23 et le 24 Septembre sous forme de table ronde sur des sujets de politique générale.

Autre sujet important de la conférence : quels sont les progrès accomplis par la CNULD après la fin de la première moitié de la Stratégie sur 10 ans et quelle sera la marche à suivre pour les cinq prochaines années ?

A noter que cette conférence à une importance symbolique pour la Namibie, hôtes de l'événement, puisqu'il est lui-même affecté par la pire sècheresse de son histoire récente.

(Mise en perspective de Géraldine Deblon, pour la Radio des Nations Unies)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
19/10/2017
Loading the player ...