Climat : le cinquième rapport le GIEC encore plus alarmant

Écouter /

Réunis à Stockholm, en Suède, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) a adopté vendredi le premier volet de son cinquième rapport. Sur plusieurs points cette édition apparaît bien plus alarmante que la précédente, publiée en 2007. Le document présente l’état des connaissances scientifiques sur le réchauffement en cours de la manière la plus consensuelle possible. Celles-ci n’en dessinent pas moins un tableau assez sombre.

D'abord, les experts confirment l'origine humaine de l’élévation de la température terrestre relevée depuis le milieu du 20ème siècle. En fonction des scénarios, les modèles climatiques prévoient une élévation de température comprise entre 0,3 et 4,8 degrés pour la période 2081-2100, par rapport à la période 1986-2005.

Le groupe note que les neiges et glaces de toutes sortes se rétractent rapidement. La banquise arctique estivale a perdu, en surface, entre 9,4 % et 13,6 % depuis 1979. Les experts n’excluent pas qu’elle ait totalement disparu au milieu du siècle. Les glaciers de montagne quant à eux ont perdu en moyenne environ 275 milliards de tonnes de glaces par an entre 1993 et 2009.

En 2007, le précédent rapport prévoyait une élévation moyenne du niveau de la mer comprise entre 18 cm et 59 cm d’ici à la fin du siècle, sans tenir compte du Groenland et de l’Antarctique. En les intégrant, les simulations prévoient que la mer pourrait être plus haute de 26 à 82 cm dans la période 2081-2100 qu’entre 1986-2005.

Enfin, selon les experts, les vagues de chaleur vont très probablement se produire plus fréquemment et durer plus longtemps, les régions humides recevront plus de pluies et les régions les plus sèches à en recevront moins.”

(Mise en perspective : Florence Westergard)

Le dernier journal
Le dernier journal
12/09/2014
Loading the player ...