Assemblée générale de l'ONU : tenir compte de la question du handicap pour 2015 et au-delà

Écouter /

L'Ambassadeur John Ashe, Président de la 68ème session de l'Assemblée générale (au centre), et le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon (à gauche).

Une réunion de Haut niveau se déroule depuis ce matin à l'Assemblée générale des Nations Unies à New York, sur la réalisation des objectifs du Millénaire pour le développement et autres objectifs de développement adoptés au niveau international pour les personnes handicapées. Cette rencontre a lieu en présence, entre autres, de l'Ambassadeur John Ashe, le Président de la 68ème session de l'Assemblée générale, et du Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Ouvrant cette réunion de haut niveau qui a pour thème « La voie à suivre : programme de développement qui tienne compte de la question du handicap pour 2015 et au-delà », le Président de l'Assemblée générale, John Ashe, a déclaré que le développement inclusif des personnes handicapées n’est pas une idée nouvelle.

Notre document d’orientation, la Charte des Nations Unies, est basée sur le progrès économique et social, le respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales pour tous, tandis que la Déclaration universelle des droits de l’homme commence par les mots intemporels: tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits, a rappelé John Ashe.

Il a ajouté qu'au cours des dernières décennies, notre Organisation a été la promotion de la pleine participation et l’égalité pour les personnes handicapées. Cet engagement ne laisse pas de place à leur exclusion de la société et le développement.

Le Président de l'Assemblée générale a pris acte du fait que la grande majorité des personnes handicapées vivent dans les pays en développement, et connaissent des taux disproportionnellement élevés de pauvreté. Dans toutes les parties du monde, ils ont plus de chances de subir la discrimination et les préjugés.

Il a déploré que les personnes handicapées soient soumises à une série d’obstacles et beaucoup se voient régulièrement refuser le droit à l’éducation, la sécurité sociale, l’emploi, la santé et d’autres services qui sont disponibles pour le grand public. Un grand nombre parmi ces personnes sont dépourvues de tout contact. Leur dignité n'est pas respectée. Ces personnes n'éprouvent pas de la joie à cause de la pauvreté, le manque de services de soutien, un sentiment injustifié de la honte ou une ignorance terrible.

Un programme de développement post-2015 qui profite à tous d’entre nous est la vision que nous devons nous engager à réaliser, a indiqué le Président de l'Assemblée générale. Notre voyage vers un programme de développement après 2015, doit envisager un monde qui soit juste et équitable pour toutes les personnes – égalité et sans discrimination, a-t-il souligné.

Prenant à son tour la parole, Ban Ki-moon, le Secrétaire général des Nations Unies, a déclaré que nous sommes tous ensemble ici pour briser les barrières et ouvrir les portes aux personnes handicapées.

Il y a eu à l'ouverture de cette réunion, parmi les autres intervenants, non seulement l'avocate Maria Soledad Cisternas Reyes, Maître en science politique et Professeur en droit ;  Yannis Vardakastanis, Président de l'Alliance internationale des personnes handicapées ; mais aussi le Chanteur et compositeur américain Stevie Wonder qui milite pour la cause des personnes handicapées et qui, pour la circonstance, a chanté devant les délégués à l'Assemblée générale.

Et avant de poursuive les travaux dans des tables-rondes, une résolution a été adopté à l'unanimité par l'Assemblée générale dans laquelle les chefs d'État et de gouvernement réaffirment détermination à œuvrer ensemble pour à un développement attentif à la problématique du handicap et la volonté de la communauté internationale de promouvoir les droits de toutes les personnes handicapées.

Les Etats Membres réaffirment, à travers cette résolution, qu'il est nécessaire de réaliser, pour 2015 et au-delà, les objectifs du Millénaire pour le développement et autres objectifs de développement fixés au niveau international en faveur des personnes handicapées. Il s'agit aussi de regarder les personnes handicapées à la fois comme des agents et comme des bénéficiaires du développement, reconnaissant à sa juste valeur la contribution qu'elles apportent au bien-être, au progrès et à la diversité de la société en général.

(Extrait sonores : Ambassadeur John Ashe, Président de la 68ème session de l'Assemblée générale ; Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies ; Stevie Wonder, Chanteur et compositeur américain ; mise en perspective : Jean-Pierre Amisi Ramazani)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
17/10/2017
Loading the player ...