Assemblée générale de l'ONU : Ban Ki-moon s'exprime sur les avancées et les défis du monde aujourd'hui

Écouter /

Juste avant l'ouverture du débat général de la 68ème session de l'Assemblée générale des Nations Unies, Ban Ki-moon, le Secrétaire général de l'ONU a brossé dans un discours, les avancées et les défis que la Communauté internationale doit relever pour la paix et la prospérité des peuples à travers le monde. Des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) aux droits des femmes, en passant par le changement climatique, la crise en Syrie ainsi que la situation actuelle dans divers autres pays ; rien n'a échappé à l'observation du monde d'aujourd'hui par Ban Ki-moon.

Le Secrétaire général des Nations Unies a rappelé dans son discours que la fin de 2015, approche maintenant à grand pas. 2015 est l'échéance fixée par la Communauté internationale pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement. Il a précisé que c'est l'année au cours de laquelle l'ONU adoptera un nouveau programme de développement. Pour Ban Ki-moon, l'année 2015 est l'occasion d'écrire l'histoire.

« Les OMD ont marqué les esprits, suscité des progrès remarquables et fait taire les doutes qui s'exprimaient quant au développement lui-même. Pourtant, nous sommes loin du compte à certains égards. L'inégalité s'accentue. Trop de gens sont exploités, dans les champs ou à l'usine. Le nouveau programme de développement doit être aussi mobilisateur que les OMD, tout en allant plus loin. »

Et l'autonomisation des femmes figure parmi les OMD. Leurs droits doivent être au centre de tout ce que nous faisons, a indiqué Ban Ki-moon.

« Lorsque les filles sont en bonne santé et scolarisées, lorsque les femmes sont protégées par la loi et ont accès aux ressources financières, lorsque les femmes vivent à l'abri de la violence et de la discrimination, les nations prospèrent. Je joins ma voix à celle des dirigeants qui se réuniront cet après-midi pour adopter une déclaration énergique sur la violence sexuelle en temps de conflit. Le 21ème siècle doit être le siècle des femmes ».

Concernant les changements climatiques, leurs conséquences menacent tous les acquis du développement. Les plus pauvres et les plus vulnérables, qui sont les premiers à souffrir et paient le prix le plus fort, réclament davantage de justice climatique. Mais ces périls s'accompagnent d'occasions à saisir. Ban Ki-moon : « Celle de changer nos modes de fonctionnement et nos plans d'urbanisme, nos moyens de transport et la façon dont nos maisons et nos usines sont alimentées en énergie tout en nous permettant de protéger l'environnement ».Ban Ki-moon a invité les leaders mondiaux à un sommet sur le climat qui aura lieu dans un an à New York.

Le Secrétaire général s'est ensuite appesanti sur la crise en Syrie qu'il a qualifié du plus grand problème que le monde connaisse actuellement en ce qui concerne la paix et la sécurité. Des villes et des villages sont en ruines. L'économie s'est effondrée. Face à cette tragédie, il a lancé un appel aux autorités syriennes.

« Le Gouvernement syrien doit s'acquitter intégralement et rapidement des obligations qu'il a acceptées en adhérant à la Convention sur les armes chimiques. La communauté internationale doit tenir responsables ceux qui ont employé des armes chimiques en Syrie – emploi indéniablement confirmé par la Mission d'enquête des Nations Unies ».

Et puis, le Secrétaire général s'est félicité du nouvel engagement pour la reprise des négociations directes entre Israéliens et Palestiniens. Il a ensuite fait un tour d'horizon de la situation au Cambodge, dans les pays qui ont connu le Printemps arabe, ainsi qu'en Afrique subsaharienne, sans oublier d'évoquer les récentes attaques terroristes au Kenya, en Iraq et au Pakistan. « Et rien qu'au cours de cette dernière semaine, des attaques consternantes commises au Kenya, en Iraq et au Pakistan nous ont une nouvelle fois rappelé combien les terroristes peuvent faire de mal et causer de dégâts ». 

Enfin Ban Ki-moon a indiqué que nous parlons souvent d'espoir. Notre responsabilité est de traduire l'espoir en action, grâce à notre travail, notre détermination, notre talent et notre intégrité. En y mettant toute notre passion, mais aussi et surtout toute notre compassion, nous pouvons construire, selon lui, l'avenir auquel vos peuples aspirent et dont le monde a besoin.

(Extraits sonores : Ban Ki-moon, Secrétaire général des Nations Unies; mise en perspective, Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
22/08/2014
Loading the player ...