Armes chimiques en Syrie : les échantillons prélevés par les enquêteurs de l’ONU transférés lundi aux laboratoires d’analyse

Écouter /

Le Secrétaire général avec le chef de l’équipe de l’ONU chargée d’enquêter sur l’utilisation présumée d’armes chimiques en Syrie, Ã…ke Sellström. Photo: ONU

Le Secrétaire général Ban Ki-moon s’est entretenu dimanche matin avec le Professeur Åke Sellström, le chef de la mission d’enquête de l’ONU sur les allégations d’utilisation d’armes chimiques en Syrie, des moyens d’accélérer l’analyse des échantillons que les inspecteurs ont prélevé sur le site présumé d’une attaque en date du 21 août.

 « Tous les préparatifs pour classer les échantillons sont en bonne voie, leur transfert aux laboratoires commencera dès demain », a annoncé ce matin, lors d’un point de presse, le porte-parole de M. Ban, Martin Nesirky.

 « Le processus se fera dans le plus strict respect des normes les plus élevées de vérification reconnues par l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques », a assuré Martin Nesirky, qui a indiqué que deux responsables gouvernementaux syriens se trouvent en ce moment même à La Haye, aux Pays-Bas, pour en observer le déroulement.

 « Compte tenu de l’ampleur effroyable de l’incident du 21 août dans la région de Ghouta, à Damas, le Secrétaire général a demandé à M. Sellström d’accélérer le traitement des échantillons et des informations réunies lors de leur enquête, sans compromettre les délais scientifiques nécessaires pour parvenir à une analyse précise. »

 Sur la base de ces résultats, un rapport sera ensuite préparé et transmis au Secrétaire général, qui le présentera à son tour au Conseil de sécurité et à tous les États membres des Nations Unies.

M. Ban est en contact constant avec les membres permanents du Conseil – Chine, France, Fédération de Russie, Royaume-Uni et États-Unis. Il s’est entretenu ce matin même avec le Ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius.

 Le Secrétaire général a prévu d’informer les 10 membres non-permanents du Conseil de sécurité de l’évolution de la situation « dans les jours à venir, peut-être mardi », a précisé son porte-parole.

 Le travail des enquêteurs se poursuit alors qu’hier, le Président des États-Unis, Barack Obama, a annoncé son intention d’autoriser des frappes aériennes contre le régime de Bachar Al-Assad, à condition toutefois d’obtenir le feu vert du Congrès américain, dont les travaux ne reprendront qu’à partir du 9 septembre.

 (Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
29/07/2014
Loading the player ...