RDC/Goma : les humanitaires condamnent les morts de civils

Écouter /

Ville de Goma (Photo : ONU/Marie Frechon)

Le Coordonnateur Humanitaire et les agences humanitaires des Nations Unies, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), le Programme alimentaire mondial (PAM), le Haut commissariat aux réfugiés (HCR) et le bureau de coordination humanitaire (OCHA) ont condamné avec fermeté samedi la mort de civils innocents, victimes de frappes militaires lors des affrontements qui opposent l'armée congolaise FARDC au groupe rebelle M23.

Selon les humanitaires onusiens, au moins une personne a été tuée et cinq autres blessées le 24 aout 2013, lorsqu'un obus est tombé dans un quartier périphérique de la ville de Goma . Un autre obus est tombé le même jour non loin du camp de déplacés de Mugunga 3 qui abrite à ce jour une dizaine de milliers de déplacés. Le 22 août, trois obus sont tombés dans des quartiers résidentiels de Goma, faisant au moins quatre morts et 15 blessés, tous civils.

L'UNICEF rappelled que les parties en conflit doivent respecter le droit inaliénable des hommes, femmes et enfants à la vie et que les populations civiles ne doivent pas être prises pour cibles.

Aussi, le Coordonnateur Humanitaire des Nations Unies en RDC rappelle à toutes les parties au conflit que les attaques indiscriminées et délibérées contre les civils constituent des crimes de guerre.

Le HCR souligne que Goma est une zone de refuge, qui a reçu plus de 150.000 déplacés en 2012. La sécurité des civils doit absolument y être garantie par les parties au conflit.

Selon les agences le droit international humanitaire "oblige les parties au conflit à prendre toutes les précautions pour ne pas exposer le civils ». Tout acte mettant en danger les civils pendant les affrontements armés est un crime selon les lois congolaise et internationale.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
28/11/2014
Loading the player ...