L'ONU s'interroge sur son utilisation des sociétés privées de sécurité

Écouter /

Le Groupe de travail sur l'utilisation des mercenaires a organisé cette semaine une table ronde pour débattre de l'utilisation des sociétés privées de sécurité par l'ONU.

Les Nations Unies font de plus en plus recours aux sociétés privées de sécurité pour subvenir aux besoins croissants de protection de leur personnel à travers le monde.

Entre 2009 et 2010, l’utilisation de société de sécurité privée serait passée de 44 millions à 76 millions de dollars, soit un augmentation de plus de 70% en une seule année.

Cependant, l'utilisation de ces groupes est problématique dans la mesure où ils sont souvent associés à des abus de droits de l'homme, des malversations financières, et autres infractions. De plus, faute de politiques contraignantes, des sociétés ayant commis des exactions se retrouvent à travailler régulièrement pour le compte de l'ONU.

Lou Pingeot, de l'ONG Global Policy Forum, est l’une des panélistes de la table ronde organisée cette semaine. Elle a contribué à l'élaboration du rapport « Partenariat dangereux » , qui analyse et souligne les problématiques que posent l'utilisation de ces sociétés de sécurité privées.

Dans une interview accordée à la Radio des Nations Unies, elle revient sur les questions soulevées par le rapport et ses conclusions principales, ainsi que sur les thèmes abordés lors de la table ronde.

(Interview : Lou Pingeot, conseillère politique de l’ONG Global Policy Forum ; propos recueillis par Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
16/04/2014
Loading the player ...