Iraq/Syriens : en huit jours l'OIM a transporté 32 000 réfugiés

Écouter /

A ce jour, le nombre total de réfugiés syriens en Iraq est estimé à 195.000. Photo : UNHCR/G. Gubaeva

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) annonce que, depuis l’afflux de réfugiés syriens en Iraq a commencé le 15 août, elle a transporté quelque 32.000 réfugiés syriens des deux postes-frontières iraquiens de Sahela et Peshkhabour vers six camps différents et deux sites de transit au Kurdistan.

Selon l'OIM, cet afflux de réfugiés syriens en Iraq est le plus important depuis que le soulèvement en Syrie a commencé. Toutes les frontières entre la Syrie et l’Iraq étaient fermées depuis mai 2013, à l’exception de Sahela. Jeudi, près de 1.300 réfugiés ont traversé la frontière. Aujourd’hui, les frontières ont de nouveau été fermées.

Depuis la mi-août, l’OIM a effectué plus de 1.000 rotations pour transporter les réfugiés de la frontière dans des camps et sites de transit temporaires. Cela fait une moyenne de 140 voyages par jour. On estime que 39.000 à 40.000 réfugiés syriens ont fui jusqu’ici au Kurdistan iraquien depuis l’ouverture des frontières, le 15 août 2013. Le nombre total des réfugiés syriens en Iraq est maintenant estimé à 195.000.

Aujourd’hui, l’OIM, en collaboration avec le HCR, a commencé à ériger 200 tentes dans le camp temporaire de Basrima à Harir, près d'Erbil pour accueillir quelque 1.000 réfugiés. L’OIM et le HCR sont également responsables de la distribution d’eau aux réfugiés dans les zones d’accueil, alors que les températures pendant la journée atteignent 38 à 40 degrés Celsius.

Certains réfugiés ont transporté leurs biens à dos d'âne ou sur des chariots, mais la plupart sont arrivés à pied avec seulement ce qu’ils pouvaient porter. La majorité des personnes qui franchissent la frontière sont épuisées par le manque de nourriture et d’eau, la chaleur et les distances qu’elles ont eues à parcourir pour atteindre la frontière. Une partie des familles auxquelles l’OIM a parlé ont passé au moins cinq jours à la frontière.

Les réfugiés ont dit au personnel de l’OIM que des milliers d’autres sont restés derrière en attendant de passer en Iraq. Ils ont dit que les conditions dans les endroits où ils venaient – à Alep, Hasskahes, Qamishli et Efrin – s’étaient détériorées rapidement au cours des derniers mois alors que les combats s’étaient intensifiés, avec des pénuries de nourriture et une forte augmentation du coût des denrées de base.

L’aide au transport de l’OIM aux réfugiés syriens fuyant en Iraq est actuellement financée par le Bureau de la population, des réfugiés et des migrations du Département d'État américain. Pour faire face au nouvel afflux de réfugiés syriens en Iraq, l’OIM a besoin d'urgence de 10 millions de dollars auprès d’autres bailleurs de fonds internationaux pour lui permettre de poursuivre ses activités.

(Extrait sonore : Gaëlle Sévenier, porte-parole de l'OIM)

Classé sous L'info.
Le dernier journal
Le dernier journal
18/09/2014
Loading the player ...