Egypte : Navi Pillay appelle au dialogue pour éviter davantage de violence dans le pays

Écouter /

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay-UN Photo/Jean-Marc Ferré

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a appelé jeudi toutes les parties prenantes en Égypte à faire leur possible pour éviter le pire suite à une journée sanglante, où la violence a fait des centaines de morts et de blessés.

« Je déplore la perte de vies humaines et j’appelle tous les Égyptiens à chercher un moyen de faire cesser la violence. Je demande instamment aux autorités égyptiennes et aux forces de sécurité d’agir avec la plus grande retenue », a déclaré Navi Pillay dans un communiqué de presse.

La Haut Commissaire a indiqué qu’il y a des informations contradictoires sur l’ampleur de la violence qui a éclaté lorsque les forces de sécurité ont investi mercredi les « sit-in » au Caire des manifestants qui soutiennent le Président déchu Mohamed Morsy. Les représentants du gouvernement ont déclaré que plus de 500 personnes avaient été tuées tandis que le parti du Président déchu, les Frères musulmans, estiment ce chiffre à plus de 2.000.

 

« Le nombre de personnes tuées ou blessées, même selon les chiffres du gouvernement, indique une utilisation de la force excessive, même extrême, contre les manifestants. Il faut effectuer une enquête indépendante, impartiale, crédible et efficace sur la conduite des forces de sécurité. Toute personne jugée coupable d’actes répréhensibles devraient être traduits en justice », a affirmé Navi Pillay.

« Les forces de sécurité égyptiennes ont l’obligation de respecter la loi et doivent agir dans le plein respect des droits humains, notamment les droits à la liberté d’expression et de rassemblement pacifique », a-t-elle ajouté.

Navi Pillay a également exprimé sa préoccupation concernant les informations qui font état d’attaques contre des bâtiments publics et des sites religieux par des opposants au gouvernement et précisé que les responsables de tels actes criminels doivent eux-aussi être traduits en justice.

« Les événements tragiques de mercredi montre le degré de polarisation dangereux en Égypte », a souligné Navi Pillay en rappelant que de nombreux incidents violents ont eu lieu dans plusieurs régions du pays en réponse à l’évacuation forcée des sit-in au Caire.

« Ce qui est nécessaire est une véritable réconciliation inclusive. J’appelle donc à nouveau toutes les parties prenantes à s’engager dans un dialogue urgent pour éviter de nouvelles violences et à arrêter les discours de haine, dans le but de restaurer l’ordre constitutionnel par des élections libres et démocratiques “, a-t-elle ajouté.

Suite à l’annonce par les autorités d’un état d’urgence dans l’ensemble du territoire national, la Haut Commissaire a souligné que celui-ci devrait être mis en œuvre en conformité avec les obligations du droit international de l’Égypte. Il est notamment très important que les principes de l’état de droit et les droits de l’homme seront respectés et protégés.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/07/2014
Loading the player ...