Corée du nord : l'ONU demande 98 millions de dollars pour répondre aux priorités humanitaires urgents

Écouter /

Les Nations Unies ont mis à jour ses plans pour répondre aux besoins humanitaires critiques dans la République populaire démocratique de Corée (RPDC) pour le reste de 2013.

Les programmes humanitaires mis en œuvre par cinq agences des Nations Unies en RPD de Corée demeurent considérablement sous-financés. De l’exigence globale de financement de 150 millions de dollars US pour 2013, 98 millions de dollars sont encore nécessaires d’urgence pour l’alimentation et l’agriculture interventions d’assainissement soutien, la santé et la nutrition, l’eau et l’assainissement.

“Alors que la situation humanitaire globale s’est légèrement améliorée au cours des 12 derniers mois, les causes structurelles de la vulnérabilité des populations persistent», a déclaré le résident des Nations Unies coordonnateur Ghulam Isaczai. “L’aide extérieure continue de jouer un rôle essentiel dans la sauvegarde de la vie de millions de personnes dont la sécurité alimentaire, l’état nutritionnel et des besoins de santé essentiels seraient autrement gravement compromises ».

Environ 2,4 millions de personnes très vulnérables dans les provinces les plus exposées à l’insécurité alimentaire ont besoin d’assistance alimentaire régulière. Le déficit céréalier pour l’année 2012/13 sont estimés à 507.000 tonnes de graves lacunes qui subsistent entre l’apport nutritionnel recommandé et réels, largement en raison aussi d’un manque de diversité alimentaire. Le manque d’intrants agricoles reste le principal défi pour la production alimentaire.

«Sans l’aide humanitaire soutenue, les acquis des 10 dernières années dans l’amélioration de la sécurité alimentaire et la santé globale et de la nutrition des plus vulnérables – nourrices des enfants, les femmes enceintes et les personnes âgées et – pourraient être rapidement inversées”, a noté M. Isaczai .

Environ 16 millions de personnes restent insécurité alimentaire chronique et très vulnérable aux lacunes en matière de production alimentaire. Bien que ce soit l’écart le plus faible depuis de nombreuses années, les taux de malnutrition continuent d’être très préoccupante avec un taux chronique de malnutrition (retard de croissance) chez les enfants de moins de cinq ans à 27,9 pour cent et 4 pour cent qui souffrent de malnutrition aiguë (émaciation), conformément à la 2012 National Enquête sur la nutrition.

“Nous espérons que les donateurs vont répondre rapidement et généreusement pour permettre aux agences de l’ONU pour faire face à la situation humanitaire. Séparer les besoins humanitaires des questions politiques est une condition préalable à une amélioration durable de l’état des personnes”, a souligné M. Isaczai.

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
23/10/2017
Loading the player ...