Conseil de sécurité : pour une coopération accrue avec les organisations régionales

Écouter /

Le Conseil de sécurité, actuellement sous présidence argentine, a tenu ce mardi un débat de haut niveau sur le Chapitre VIII de la Charte et la « Coopération entre l'Organisation des Nations Unies et les organisations régionales et sous-régionales aux fins du maintien de la paix et de la sécurité internationales ».

La réunion, présidée par Cristina Fernandez, à laquelle ont participé une dizaine de Ministres des affaires étrangères ainsi que des chefs de plusieurs organisations régionales, était l'occasion d'examiner les liens avec ces organisations et d'explorer les moyens de les renforcer.

Pour le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, la coopération entre les organisations régionales et l'ONU est essentielle afin de répondre aux menaces d'aujourd'hui. Les organisations ont un aperçu et une connaissance des problématiques sur le terrain unique ainsi que des réseaux locaux, alors que l'ONU apporte légitimité, universalité, de longues années d'expériences et la capacité opérationnelle dans le domaine de la paix et la sécurité. Malgré la concrétisation croissante de cette coopération, notamment sur le partage des informations et l'analyse des crises en cours, il faut « mieux faire pour apporter des réponses rapides et la prévention des conflits à long terme. »

Au nom de l'Union africaine, l'Ambassadeur éthiopien, Tekeda Alemu, a souligné la nécessité pour les missions conjointes UA-ONU, d'avoir un financement prévisible soutenable flexible et adéquat, ainsi que d'élever le niveau de consultations et de coordination.

Ahmed Fathalla, Observateur permanent de la Ligue des États arabes auprès de l'ONU, a notamment déploré la non-application des résolutions du Conseil de sécurité, à l'instar de celles sur la Palestine dont certaines datent d'il y a plus de cinquante ans, qui décrédibilise l'action du Conseil dans la région. Il a également appelle le Conseil a parlé d’une seule voix par rapport a la crise syrienne afin qu’un processus démocratique de transition puisse être mis en oeuvre.

La Communauté des Etats d'Amérique latine et des Caraïbes et l'Union des États d'Amérique ont, entre autre, souligné l'importance du développement et de remédier à la faim et aux inégalités pour éviter les conflits.

Un débat qui devrait s'achever par l'adoption d'une déclaration présidentielle qui appelle à renforcer les liens entre l'ONU et les organisations régionales, tout en reconnaissant l’expertise de ces dernières.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
13/12/2017
Loading the player ...