Affaire du navire Probo Koala : Où en est-on sept ans après?

Écouter /

9 août 2006 – 19 août 2013, cela fait sept ans déjà depuis que plus de 500 tonnes de déchets toxiques embarqués à bord du navire Probo Koala ont été déversés à Abidjan. Ces produits répandus en zone de décharge ont provoqué des émanations de gaz mortels et causé plusieurs contaminations.

Tout a débuté fin 2005, quand la multinationale Trafigura, fait l'acquisition d'importantes quantités de coker naphtha non-raffiné, utilisé afin de produire du carburant à bas coût. Mais la lourde procédure industrielle de raffinage de la substance s'achève lors d'une traversée transatlantique durant l'été 2006, à bord d'un cargo nommé Probo Koala, affrété par Trafigura. L'opération, que l'entreprise savait délicate, génère plusieurs tonnes de résidus toxiques dont Trafigura peine à se débarrasser.

L'équipage fait plusieurs escales en Europe, dont une au port d'Amsterdam qui, après analyse des déchets, conclut à leur dangerosité et réclame environ un demi-million d'euros pour leur traitement, soit 1 000 euros par tonne collectée au lieu des 30 euros prévus initialement. Trafigura décline et quitte les Pays-Bas. Après d'autres vaines tentatives en Estonie, au Togo ou encore au Nigeria, la Côte d'Ivoire accepte d'accueillir les résidus toxiques. C'est la toute jeune société Tommy qui prend en charge le traitement et l'épandage des déchets à un prix défiant toute concurrence. Dans la nuit du 19 au 20 août 2006, Tommy déverse les déchets, à ciel ouvert, dans l'unique décharge d'Abidjan ainsi que dans une dizaine d'autres sites à forte densité de population. Rapidement, des habitants tombent malade.

Selon la justice ivoirienne, dix-sept personnes seraient mortes et près de 100 000 auraient été intoxiquées.

Où en est-on aujourd’hui avec la dépollution des sites contaminés et l’indemnisation des victimes?

En 2009, un rapport par le Rapporteur spécial de l’ONU sur les déchets toxiques déversés par le cargo Probo Koala, trouve des “preuves solides” liant les quinze décès et soixante-neuf hospitalisations aux déchets toxiques, ce qui indique que des violations des droits de l’homme sont survenues suite à cet incident,

Le 3 juillet 2010, Trafigura est condamné à un million d’euros d’amende par un tribunal d’Amsterdam

(Interview : Yao Pipira Denis, Président de la Fédération des associations des victimes des déchets toxiques de Côte d'Ivoire ; propos recueillis par René Kapita d'ONUCI-FM)

Classé sous Environnement, Reportages, Santé.
Le dernier journal
Le dernier journal
21/11/2014
Loading the player ...