Soudan du Sud : l’OIM enregistre des personnes déplacées par le conflit dans le comté de Pibor

Écouter /

Ces Mères et leurs enfants près de Pibor dans l’état de Jonglei, sont déplacés

Après d’intenses négociations pour obtenir l’accès aux zones affectées par le conflit dans l'Etat de Jonglei, au Soudan du Sud, les organisations humanitaires semblent maintenant avoir accès à la région de Pibor. Les affrontements entre les forces gouvernementales et des groupes armés, ainsi que les nouvelles violences intercommunautaires ont vidé les villes et déplacé des milliers de ménages qui cherchent maintenant refuge dans des lieux inconnus ou des zones qui sont difficiles d’accès en raison d’une combinaison de l’insécurité et des routes devenues impraticables par de fortes pluies.

 L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) enregistre actuellement les personnes déplacées par le conflit. Les agences humanitaires ont besoin de cet enregistrement pour vérifier la pleine ampleur des déplacements et identifier les familles vulnérables dispersées dans des zones reculées, qui sont susceptibles d’avoir besoin d’une aide urgente.

L'Unité de surveillance des déplacements de l’OIM travaille en étroite collaboration avec les communautés locales et les organisations humanitaires pour recueillir des renseignements de base sur la population déplacée. L’information recueillie comprend des données démographiques telles que l’âge, le sexe et le lieu d’origine.
L’opération d’enregistrement est complétée par des entretiens rapides  avec les déplacés pour connaitre leurs intentions et comprendre les mécanismes d'adaptation pour ces personnes.

Les activités d’enregistrement sont menées en étroite collaboration avec des partenaires qui ont besoin de protection, d’identifier les enfants séparés et non accompagnés. Il y en avait beaucoup dans cette vague de déplacements. Les données recueillies sont partagées avec la communauté humanitaire pour contribuer à une fourniture plus efficace de l’aide, y compris les soins de santé d’urgence, de la nourriture et des articles de secours non alimentaires.

(Extrait sonore : Gaëlle Sevenier, porte-parole de l'OIM)

 

LE DERNIER JOURNAL
LE DERNIER JOURNAL
11/12/2017
Loading the player ...