Soudan du Sud : les humanitaires font face à un afflux de blessés

Écouter /

Des personnes déplacées fuyant les violences intercommunautaires dans le Jonglei (photo d'archive H. McNeish/IRIN).

Les organismes humanitaires restent toujours préoccupés par la situation au Soudan du Sud. Une inquiétude accentuée par cette nouvelle flambée de violences intercommunautaires dans le Jonglei, qui a déjà fait des centaines de blessés graves. Des milliers d’hommes armés d’ethnies Lou Nuer et Murle s’opposent depuis près de deux semaines.

Pour aider le personnel médical à faire face aux arrivées massives, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a envoyé une équipe chirurgicale à l'hôpital de Bor, où 176 blessés ont été admis – dont 34 ont déjà été opérés.

L'équipe du CICR, composée d'un chirurgien, de deux infirmiers et d'un anesthésiste, travaille avec le personnel de Médecins Sans Frontières depuis son arrivée à l'hôpital de Bor le 14 juillet. La Croix-Rouge du Soudan du Sud apporte sa contribution en prodiguant les premiers secours aux blessés et aux malades, avant leur transfert à l'hôpital.

Par ailleurs, les Nations Unies s'étaient inquiétées, le mercredi 17 juillet, du sort de plus de 100.000 civils qui sont coupés de toute aide humanitaire à cause des affrontements entre communautés rivales dans l’Etat de Jonglei. Secrétaire générale adjointe aux affaires humanitaires et Coordonnatrice des secours d’urgence de l'ONU s’était déclarée « inquiète par la détérioration de la situation humanitaire du département de Pibor dans l’Etat de Jonglei, où quelque 100 000 civils ont été coupés d’assistance vitale en raison des combats ». « Aussi longtemps que les combats continueront, l’acheminement du secours sera limité et nous ne pourrons pas aider ceux qui en ont besoin », avait ajouté Valerie Amos dans un communiqué.

« À cause du manque de routes et d'infrastructures dans la région, il est difficile d'arriver jusqu'aux blessés, surtout pendant la saison des pluies », fait remarquer le CICR. L'agence prévoit par ailleurs de fournir une assistance médicale au sud de la ville de Pibor. Il réfléchit à des moyens d'intensifier ses activités dans la région.

Depuis le début de l'année, le CICR a traité plus de 150 blessés dans tout le pays. Il a envoyé des équipes chirurgicales à Nasir, dans l'État du Haut-Nil, ainsi qu'à Pibor, à Bor et deux fois à Walgak, dans l'État de Jonglei. En plus de pratiquer des opérations chirurgicales d'urgence sur le lieu des combats, une équipe médicale du CICR basée à l'hôpital universitaire de Malakal fournit des services de pédiatrie et de physiothérapie, ainsi que des soins chirurgicaux d’urgence et de traumatologie. Plus de 320 urgences chirurgicales ont été prises en charge à l'hôpital depuis le début de 2013.

(Extrait sonore : Jean-Yves Clémenzo, porte-parole du CICR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
02/09/2014
Loading the player ...