RDC : Le HCR préoccupé par l'instabilité persistante au Nord-Kivu

Écouter /

Des réfugiés congolais au centre de transit en Ouganda (Photo : UNHCR / /L.Beck).

Après deux semaines de combats dans la province du Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) est préoccupé par la situation des civils dans la zone de conflit. Dans la soirée de dimanche, des explosions et des tirs en RDC pouvaient être entendus près de la frontière dans le district de Bundibugyo, à l'ouest de l’Ouganda. Il semble que relativement peu de réfugiés ont traversé.

Le HCR note que l'accès à la zone n’est pas possible pour les agences humanitaires. Il faut environ douze heures de marche aux réfugiés de la région de Kamango pour se rendre à la frontière ougandaise. Lundi soir, après deux ou trois jours d’escarmouches, il y avait un calme momentané, comme toutes les forces semblaient regroupement.

Des dizaines de milliers de réfugiés ont commencé à affluer dans l’ouest de l’Ouganda, après que les combats ont éclaté entre les Forces démocratiques alliées (ADF), un groupe rebelle ougandais, et l’armée congolaise à Kamango le 11 Juillet.

Le centre de transit de Bubukwanga, à quelque 25 kilomètres à l’intérieur de la frontière, accueille aujourd’hui 15 714 réfugiés, dont 60% sont âgés de moins de 18 ans. Le HCR estime que c’est sa capacité maximale, même si les estimations précédentes avaient indiqué qu’il pourrait en accueillir 25.000.

(Interview : Fatoumata Lejeune-Kaba, porte-parole du HCR à Genève ; propos recueillis par Alpha Diallo)

Le dernier journal
Le dernier journal
23/07/2014
Loading the player ...