Protection des journalistes : Sylvie Coudray explique le Plan d'action de l'UNESCO

Écouter /

Des journalistes assistent à une conférence de presse de l'ONU.Photo: Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Le Conseil de sécurité des a organisé récemment un débat au Siège des Nations Unies  à New York sur la protection des journalistes. Ce débat a offert aux journalistes l'opportunité de s'exprimer au Conseil pour la première fois.

En 2006, le Conseil de sécurité avait adopté la résolution 1738  sur la protection des journalistes en zones de conflit. Néanmoins, un nombre alarmant de journalistes continuent d'être tués chaque année. « Plus de 600 journalistes ont été tués dans l'exercice de leur fonction et de leur responsabilité envers la société au cours de la dernière décennie », a affirmé Jan Eliasson, le Vice-Secrétaire général de l’ONU au cours de ce débat au Conseil. Il a aussi informé les quinze du rôle que joue le Plan d'action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l'impunité, lancé par l'UNESCO.

Eliasson a ajouté que le Conseil de Sécurité pouvait aussi jouer « un rôle important en réagissant et en résistant aux atteintes à la liberté des médias peu importe où et quand celles-ci ont lieu. Quand des journalistes sont tués, l'information concernant les menaces à la paix internationale et à la sécurité est souvent ensevelie ». Il a ajouté « qu'à travers le monde, les journalistes sont aussi en grand danger dans des situations où il n'y a pas de conflits. »

Les membres du Conseil de sécurité ont critiqué l'absence des poursuites en justice des responsables des meurtres et ont souligné que la culture de l'impunité ne pouvait plus continuer. Le rôle vital des journalistes pour la paix et la sécurité était un des messages qui a particulièrement touché l'audience lors du débat au Conseil.

« Protéger la liberté des médias est avant tout un prérequis pour la liberté d'expression et la démocratie. Mais c'est aussi un élément essentiel pour assurer la protection continue de la paix, de la sécurité et du développement », a affirmé Eliasson. Il a par ailleurs fait remarquer que la liberté d'expression et l'accès à l'information et aux médias indépendants avait été réitérés dans le rapport établi par le Groupe de haut niveau chargé du programme de développement pour l’après-2015 du Secrétaire général.

(Extrait sonore : Sylvie Coudray, Chef de la section de la liberté d'expression à l'UNESCO, jointe à Paris par Jean-Pierre Amisi Ramazani)

Le dernier journal
Le dernier journal
24/11/2014
Loading the player ...