ONU: Malala Yousafzai encourage les jeunes du monde entier à lutter pour l’éducation universelle

Écouter /

A l'occasion de la « Journée de Malala » le 12 juillet, qui coïncide avec son anniversaire, la jeune adolescente pakistanaise qui a survécu à une tentative de meurtre perpétrée en octobre 2012 par des extrémistes religieux a prononcé vendredi devant l'Assemblée générale son premier discours depuis son agression en octobre 2012.

« Nos livres et nos stylos sont nos armes les plus puissantes. Un enseignant, un livre, un stylo, peuvent changer le monde », a déclaré Malala Yousafzai devant des centaines de jeunes du monde entier réunis pour l'occasion. « Les extrémistes ont peur de livres et des stylos », a déclaré Malala, qui a balayé tout sentiment de revanche à l'égard des Taliban, auteurs de l'agression qui l'a visée, et souhaité que leurs propres filles aillent à l'école.

Cette réunion animée par Gordon Brown, l'Envoyé spécial de l'ONU pour l'éducation, étaient rehaussé par la présence du Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon et du Président de l'Assemblée générale, Yuk Jeremic.

Pour sa part, Ban Ki-moon s'est réjoui que ce 12 juillet la jeunesse du monde prenne possession des Nations Unies et envoie un message fort d’espoir et de responsabilisation. Le Secrétaire général a rendu hommage au courage et à la résilience de Malala. A travers elle, il a voulu rappeler que plus de la moitié de la population mondiale a moins de 25 ans et qu'il faut tenir compte des aspirations des jeunes, investir en eux en privilégiant l'éducation. Il a aussi constaté qu'en cilbant Malala, les extrémistes ont montré ce qu'ils craignaient le plus : une fille avec un livre.

Le Secrétaire général a aussi souligné les nombreux défis : 57 millions d’enfants non scolarisés et la nécessité de protéger les écoles de toutes formes de violence. Il a enfin rappelé son parcours, celui d'un enfant dont le village et l'école ont été détruits pendant la guerre de Corée.

Auparavant, le Président de l'Assemblée générale, Vuk Jeremic avait insisté sur le droit pour chaque enfant d'aller à l'école. Il a rendu hommage à la persévérance de Malala. Notant les progrès énormes réalisés en quelques décennies en matière de scolarisation, Vuk Jeremic a estimé que l'alphabétisation de base ne doit pas être considérée comme une fin en soi. Il a enfin exhorté la communauté internationale a combler le fossé entre pays développés et en développement.

«L’éducation, a-t-il dit, est l’arme la plus puissante pour changer le monde».

(Mise en perspective : Jérôme Longué)

Le dernier journal
Le dernier journal
02/10/2014
Loading the player ...