Myanmar : les arrestations politiques se poursuivent, selon l’expert de l’ONU

Écouter /

Tomás Ojea Quintana, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits humains au Myanmar (Photo: ONU)

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la situation des droits de l’homme au Myanmar, Tomás Ojea Quintana, a salué lundi la récente libération de soixante-treize prisonniers politiques au Myanmar, tout en exprimant son inquiétude devant la poursuite des arrestations politiques.

« La libération de prisonniers de conscience est l’un des résultats les plus tangibles des réformes au Myanmar», a déclaré Tomas Ojea Quintana, avant de déplorer les arrestations et procès politiquement motivés, y compris de personnes impliquées dans les manifestations contre la confiscation des terres ou qui œuvrent à la défense des droits humains dans l’État de Rakhine.

L’expert indépendant de l’ONU a affirmé qu'il suivrait attentivement ces cas, notamment lors de sa visite dans le pays le mois prochain.

Tomas Ojea Quintana appelle au développement d'un systeme judiciaire indépendant au Myanmar ainsi qu'à l'amendement des lois concernant les associations illégales et les rassemblements pacifiques.

Le Rappoteur souhaite également que le nouveau comité d’examen des emprisonnements fasse preuve davantage de transparence surtout en ce qui concerne les critères utilisés pour déterminer les prisonniers d’opinion.

Des centaines de prisonniers politiques au Myanmar ont étés libérés depuis 2012. Le Président Thein Sein a récemment déclaré que tous les prisonniers de conscience seraient libérés d’ici la fin de l’année.

(Mise en perspective : Cristina Silveiro)

Le dernier journal
Le dernier journal
16/09/2014
Loading the player ...